Outils Web
14 décembre 2018
12minutes

Combiner Google Analytics et Google Sheets pour gagner (beaucoup) de temps

RETROUVEZ LA VIDEO DE FRANCIS MAHUT, PATRON DE L’AGENCE DIGITALE EFICIENS

La combinaison de Google Analytics et Google Sheet peut vraiment vous faciliter la vie. Ce processus, l’équipe d’Eficiens l’exploite depuis bientôt 5 ans et son dirigeant vous l’explique en vidéo et en article.

Vidéo verticale sous-titrée – Clic sur les flèches ou le carré pour plein écran – Video de 1’12”

Chez Eficiens nous utilisons Google Analytics au quotidien depuis 8 ans !

Et Google Sheets aussi, beaucoup. Mais nous n’avons pas toujours pensé à les combiner.

Google Analytics, nous l’utilisons évidemment pour suivre et optimiser les campagnes. Et aussi pour mesurer la fréquentation des mini-sites et pages d’atterrissage que nous produisons régulièrement pour nos clients.

Suivant les besoins, nous diffusons des rapports quotidiens, hebdomadaires ou mensuels. Ces rapports sont basés sur des données Analytics bien sûr, mais pas seulement. Nous intégrons aussi les chiffres venant de Google Ads, Facebook, Instagram, Snapchat, Rakuten, Criteo et AdForm.

Et c’est là qu’une automatisation intelligente via Google Sheets prend tout son sens. Voyons comment …

 

Google Analytics Google Sheets

Sommaire

1/ Les données Google Analytics

2/ Automatiser les rapports avec Google Analytics sans Google Sheets

3/ Les limites de Google Analytics

4/ Google Data Studio et Google Sheets

5/ La data visualisation Google Sheets en 6 étapes

6/ Pour aller plus loin

 

Le contenu d’un rapport standard Google Analytics (de type dashboard synthétique)

Pour un site ou une page d’atterrissage, les données « standard » vont comprendre:

  • le nombre de visiteurs et de sessions
  • le temps passé, le nombre de pages et le taux de rebond
  • les sources de trafic, qui sont d’autant plus importantes quand nous avons des campagnes SEA, Display ou emailing associées à ces pages
  • la répartition du trafic par type d’appareil, qui permet de valider des choix de design « mobile-first » ou au contraire plus « desktop », en fonction des cibles
  • les clics sur les boutons les plus importants

Les données citées plus haut sont toutes issues d’une seule source : Google Analytics. Et dans l’interface Google Analytics, elles sont réparties dans une demi-douzaine d’écrans différents.

Donc, pour produire un rapport régulier contenant toutes ces informations, il faudrait reproduire à la main les étapes suivantes :

  1. aller sur chacun des écrans Google Analytics
  2. ajouter les filtres éventuels
  3. lire ou copier les données
  4. taper ou coller les données dans le rapport final
  5. répéter l’opération pour toutes les données recherchées

Le tout après avoir pris soin de sélectionner la bonne plage de dates.

Outre le temps passé à basculer d’un écran à l’autre, cette méthode impose d’avoir décrit et/ou mémorisé chacune des sources de données.

 

Google Analytics Audience

 

Comment automatiser rapidement les rapports avec Google Analytics sans Google Sheets ?

Heureusement, Google Analytics permet de travailler sur un premier niveau d’automatisation : éviter notamment la répétition des étapes 1 et 2 en gardant trace des écrans et filtres.

Pour ce faire on pourra, directement dans Analytics:

  • enregistrer des rapports
  • créer des tableaux de bord analytics

Google Analytics Tableau de bord

Cette technique permet d’avoir en lecture directe dans Google Analytics les données réparties dans plusieurs écrans. A partir de là, si vous considérez que les données sont suffisantes, vous pouvez déjà partager le tableau de bord.

 

Les limites de Google Analytics sans injection de données tiers

Si ce tableau de bord Analytics permet d’avoir une lecture rapide des données, il souffre de quelques limitations. Citons dans le désordre :

  • l’absence de calculs intermédiaires
  • la difficulté d’ajouter des sources hors Google (Facebook, Snapchat, …)
  • une mise en forme limitée (à la fois pour les tableaux et graphiques)

Dans beaucoup de cas, les rapports Google Analytics que nous envoyons contiennent l’essence des informations, distillée pour ne conserver que les éléments pertinents.

Un tableau de bord Google Analytics est très pratique pour gagner du temps dans la préparation du rapport. Mais c’est rarement un rapport totalement pertinent en tant que tel. Il manque trop d’informations importantes !

 


Nos 2 solutions : Google Data Studio et Google Sheets

Nous avons déjà chroniqué Google Data Studio dans un précédent article. C’est un outil de data visualisation très bien adapté aux sources Google. Et il peut s’enrichir d’un certain nombre de sources tierces.

 

google data studio

 

Google Sheets est également un très bon candidat pour un travail plus fin sur les données. En effet, nous allons associer l’importation de données Google Analytics avec toutes les possibilités d’un tableur.

 

Utiliser la data visualisation Google Sheets pour des rapports Analytics – nos conseils en 6 étapes

1. Installer un add-on indispensable

L’interrogation des données Analytics par Google Sheets passe par le bien nommé Google Analytics Spreadsheet add-on. Vous pouvez aussi le télécharger directement à partir du Chrome Web Store

Cet add-on ajoute une ligne dans le menu « Modules Complémentaires » de Google Sheets pour créer et automatiser vos rapports.

 

2. Créer un premier rapport Google Analytics

Le plus simple pour la première fois est de tout faire à partir du menu.
D’abord, j’ouvre une nouvelle feuille Google Sheets.
Ensuite, dans le menu Modules Complémentaires > Google Analytics, je choisis « Create new report ».
Et je me laisse guider.

Je sélectionne Compte, Propriété et Vue Analytics sur lesquels vont porter les requêtes.
Et ensuite je définis les Métriques et Dimensions. Pour les visiteurs et sessions, il suffira ainsi de choisir Users et Sessions en Metrics. Et éventuellement la Date en Dimension pour avoir une granularité par jour, par exemple.

Google Analytics Google Sheets

J’appuie sur Create Report et un nouvel onglet apparaît dans ma feuille Google Sheets.

Dans « Report Configuration » je retrouve toutes les requêtes. Une par colonne.

 

3. Se familiariser avec la syntaxe

Dans la requête « Visiteurs et Sessions par jour », les métriques ont été traduits en ga:users et ga:sessions. C’est la syntaxe employée par l’add-on pour communiquer avec Google Analytics.

Pour mieux la comprendre et identifier tous les éléments interrogeables, vous pouvez consulter la page Dimensions & Metrics Explorer qui détaille tous les métriques et dimensions disponibles.

Quelques requêtes parmi celles que nous utilisons le plus souvent :

  • suivi des campagnes : ga:source, ga:medium et ga:campaign
  • trackevents : ga:eventCategory, ga:eventAction, ga:eventLabel en dimensions et ga:uniqueEvents et ga:totalEvents en métriques
  • fréquentation du site : ga:users, ga:avgSessionDuration, ga:pageviewsPerSession, ga:bounceRate, ga:avgTimeOnPage

Bien sûr, vous pouvez combiner ces éléments. Et ainsi identifier les conversions liées aux campagnes en mettant dans le même rapport ga:campaign et ga:eventAction, par exemple.

 

4. Ajouter toutes vos requêtes standard

De même qu’un tableau de bord Analytics peut contenir plusieurs types de données, Google Sheets va regrouper toutes les requêtes dans un même fichier. Dans l’onglet « Report Configuration », chaque colonne correspond à une requête. Et ensuite chaque requête aura son propre onglet de résultats.

Il s’agit donc ici d’ajouter toutes les requêtes qui vont constituer mon rapport. Par soucis de rapidité, je le fais souvent à la main, en recopiant simplement les colonnes et en modifiant métriques, dimensions et filtres.

Je peux aussi utiliser le menu « Create new report » et me laisser guider, encore une fois.

Google Analytics Google Sheets

L’autre avantage présenté par Google Sheets, c’est la possibilité d’interroger plusieurs Vues Google Analytics dans le fichier. Je peux ainsi combiner les données provenant de plusieurs sites, ou de vues avec des filtres différents.

 

5. Ajouter les sources tierces et les calculs intermédiaires

Puisque nous sommes dans un tableur, nous pouvons ajouter d’autres données, à la main, ou via des services tiers.

Nous pouvons également faire tous les calculs intermédiaires nécessaires : regrouper les données par semaine, par type de campagne, par type de pages, … Et ainsi préparer un rapport qui n’aurait pas été possible avec les outils standards de Google Analytics.

 

6. Travailler la mise en page

Google Sheets n’est pas un forcément outil de Data Visualisation. Mais on peut mettre en forme tableaux et graphiques pour produire des rapports lisibles et partageables.

Google Analytics Google Sheets Tableau de bord

 


 

Pour aller plus loin, deux autres bénéfices de Google Sheets

1. Faciliter la diffusion des rapports hebdomadaires

Dans nos Google Sheets, nous avons souvent un onglet pour cet email hebdomadaire que nous envoyons. L’affichage des données est calibré pour qu’une simple copie d’écran puisse être insérée dans l’email envoyé. Toutes les informations sont là, mises en forme pour être totalement lisible sur tous les supports.

Google Analytics Google Sheets email

 

2. Relier à Zapier pour des stats quotidiennes sans intervention

Dans certains cas, un suivi quotidien est nécessaire. C’est le cas par exemple pour des invitations à des évènements précis, où nous souhaitons évaluer la volumétrie des inscriptions. C’est le cas également pour des sites e-commerce, où nous mesurons chaque jour l’impact des campagnes.

Pour ces emails quotidiens nous avons choisi la simplicité.
Simplicité des données, avec juste 2 ou 3 chiffres.
Et simplicité de la forme, avec un email texte simplifié.

Les données viennent de Google Analytics, via un Google Sheets. Ce Google Sheets se met à jour automatiquement, grâce à une option de l’add-on (« Schedule reports »). Et cette mise en jour déclenche une action sur Zapier, qui envoie l’email directement.

Google Analytics Google Sheets Zapier

Nous utilisons ici toutes les possibilités des outils : Google Analytics > Google Sheets automatique > Zapier > email.

 

Découvrez avec notre simulateur le coût de Zapier

 

 

Nous aurions bien sûr pu envoyer un rapport automatique à partir de Google Analytics, mais avec une granularité d’information différente, et un contrôle beaucoup moins fin sur l’heure d’envoi et la forme du contenu.

Pour résumer, Google Analytics c’est bien. Le combiner avec Google Sheets et Zapier, cela lui donne une toute autre envergure. A tester par vous même rapidement.

Nouveau call-to-action

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !