« Je n’ai pas monté Stoïk pour enrichir des criminels » | Itw exclusive de Jules Veyrat, CEO de Stoïk

« Je n’ai pas monté Stoïk pour enrichir des criminels » | Itw exclusive de Jules Veyrat, CEO de Stoïk

Emilie Autin
Rédigé par Emilie Autin
23 septembre 2022 - 1 minute

Bercy a tranché à la rentrée. Le ministère ouvre officiellement la porte à l’indemnisation des cyber-rançons. Cette décision a ranimé un débat chaud dans le milieu de l’assurance : faut-il payer ou non les fameuses rançons ? Les partisans du pour et du contre s’affrontent par médias interposés, sur LinkedIn ou dans les conseils de direction.

Alors que certains acteurs assument et militent même pour le remboursement des rançons, d’autres font le choix inverse. Chez Stoïk, la position est claire : ne pas payer les rançons. Le CEO de la jeune cyber insurtech, Jules Veyrat, nous a confié ses positions sur le sujet. Entretien avec un dirigeant qui souhaite accompagner la cybersécurité vers une nouvelle ère.

 


Il vous reste 80% de cet article à lire

Ce contenu est réservé aux abonnés. 

Lisez-le en intégralité pour 2,90€. Ou abonnez-vous pour 4,90€ / mois. 

Digital & Assurance est fier d'être un média indépendant, édité par une équipe de passionnés, sur l'assurance nouvelle génération. Pour être au top dans votre job, c'est de loin votre meilleur investissement.

> Je m'abonne (1er mois offert) <

(Abonnement annulable à tout moment)


 

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous