Stoïk, une nouvelle levée pour intensifier la cyber lutte

Alexandre Pengloan
Rédigé par Alexandre Pengloan
28 juin 2022 - 2 minutes

Face au risque cyber, pas question de tergiverser ! Stoïk l’a bien compris et accélère une nouvelle fois. Ainsi, moins de six mois après une première levée de 3,8M€, l’insurtech française annonce un nouveau deal. Le montant : 11M€. Et plusieurs noms prestigieux dans l’affaire. En effet, c’est tout simplement Andreesen Horowitz qui a mené ce tour de table ! Sont associés au fonds américain Alven et Anthemis Group, investisseurs historiques, mais aussi des business angels de renom comme l’ancien PDG d’AXA Henri de Castries ou Julian Teicke, CEO de wefox.

Pour rappel, Stoïk, arrivée sur le marché l’an passé, appuie les petites entreprises face à une menace cyber grandissante. La cyber-insurtech a donc mis au point un produit original. Cette solution holistique couple des outils de monitoring du risque à des garanties cyber, pour proposer le meilleur de la prévention et de l’assurance. La jeune pousse a déjà noué de jolis partenariats (TEHTRIS, Acheel, Oxibox). Elle opère depuis avril en tant que courtier grossiste, s’appuyant sur un réseau de distributeurs pour toucher un maximum de cibles.

Les insurtechs, une clé face au risque cyber ?

Nous sommes fiers d’annoncer ce tour de table avec a16z, qui constitue une belle preuve de confiance dans le modèle Stoïk. Cela nous conforte dans notre vision et notre ambition : faire émerger la meilleure assurance en cybersécurité pour TPE et PME au niveau européen et accompagner les courtiers dans la distribution de l’assurance cyber.

Jules Veyrat, CEO et cofondateur de Stoïk

Grâce à ces capitaux frais, Stoïk souhaite étoffer ses équipes. L’insurtech va chercher à s’offrir les services de top profils assurance afin de renforcer son expertise. Elle compte se déployer aussi très vite hors de nos frontières. Personne n’échappe à la cyber menace et de vastes opportunités se dessinent au niveau européen.

Au sein d’un marché nouveau, qui voit nombre d’assureurs traditionnels patauger, les insurtechs détiennent clairement une partie de la réponse. La trajectoire fulgurante de Stoïk ou la récente apparition de Dattak sur cette niche ne font que confirmer cette impression.

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire