"Les Français ont une culture de l’excellence de la santé" - Itw de Jean-Christophe Pandolfi de Santexpat

Emilie Autin
Rédigé par Emilie Autin
26 octobre 2021 - 5 minutes

 « Les Français ont une culture de l’excellence de la santé et de la protection sociale. Quand on part à l’étranger, on veut retrouver cette situation de confort », assène Jean-Christophe Pandolfi, le fondateur de Santexpat.fr. Le peuple de Molière est très attaché à la culture de l’assurance à la française. C’est donc naturellement que nos concitoyens expatriés cherchent à obtenir le même niveau de sécurité et de prise en charge à leur départ. Mais, la réalité est souvent tout autre. Dans nombre de pays, les tarifs des soins flambent, et peuvent représenter plusieurs milliers d’euros par an ! Les expatriés ont donc tout intérêt à trouver une assurance santé française adaptée à leur vie à l’étranger.

C’est ici que rentre en jeu Santexpat. L’assurtech propose aux Français attirés par l’appel du large de trouver la solution d’assurance santé taillée pour eux. Créée il y a seulement un an et demi, elle propose un comparateur qui regroupe déjà la majorité des offres d’assurance internationale. Santexpat peut aussi compter sur ses nombreux partenaires, que sont les autres comparateurs d’assurance et les assureurs eux-mêmes.

La jeune pousse propose deux services principaux : un comparateur en ligne et un service de digitalisation des offres pour les assureurs. Sa stratégie B2B et B2B2C semble payante. Le succès est déjà au rendez-vous, et la startup ne compte pas s’arrêter là, avec de nombreuses mises à jour de son algorithme et de son offre dans les tuyaux. Jean-Christophe Pandolfi, fondateur et dirigeant de l’entreprise, a accepté de nous confier quelques-uns de ses secrets.

Santexpat, objectif monde !

Jean-Christophe Pandolfi, fondateur et dirigeant de Santexpat.

Comment est née l’idée Santexpat ?

En 2006, je suis parti aux Etats-Unis, où je me suis associé dans un cabinet de courtage à Atlanta. On accompagnait les filiales de PME françaises qui voulaient s’installer sur le marché nord-américain. On tentait surtout de les aider pour leur couverture santé. Puis, je suis rentré en France pour travailler dans des grands groupes. Mais, en 2018, mon ex-collaborateur américain est revenu vers moi. Il voulait trouver, suite aux augmentations des coûts de santé aux Etats-Unis, une solution franco-française d’assurance santé pour les expatriés.

Comme il est américain, il avait du mal à comprendre l’assurance à la française. J’ai donc créé pour lui un petit comparateur entre les assurances françaises et américaines. En 2019, ce petit comparateur a été lancé, avant de devenir avec quelques modifications bien sûr, le site Santexpat que l’on connaît aujourd’hui.

Qu’a donc l’assurance à la française de si spéciale ?

Les Français ont une culture de l’excellence de la santé et de la protection sociale. Quand on part à l’étranger, on veut retrouver cette situation de confort et de protection. Et ça, on ne le retrouve pas dans d’autres cultures où la seule préoccupation des salariés c’est : « combien je vais avoir en poche à la fin du mois ? » Culturellement, c’est ancré que le risque d’être malade, c’est au salarié de le prendre en charge. Alors qu’en France, c’est l’inverse ! Moi je suis très fier de mon pays et de son schéma de protection sociale. C’est une vraie spécificité française, et c’est pour ça qu’on essaye de le distribuer à l’étranger.

« Notre grande différence aujourd’hui, c’est notre intelligence artificielle »

Quelle est la recette de votre succès ?

Santexpat a un peu disrupté le marché de l’assurance internationale en le digitalisant. D’autres l’avaient fait avant nous, mais sans être multi-assureur. Nous, on a digitalisé 22 assureurs avec une interface simple et accessible. Notre dimension conseil grâce à notre algorithme est unique en France. Avec l’âge du client et sa composition familiale, l’intelligence artificielle va proposer les offres les plus adaptées, parmi les 300 de notre comparateur.

On bénéficie aussi d’un marché assez profond : il y a plus de deux millions d’expatriés français dans le monde. Si on n’assure que 0.02% du marché, on sera déjà très heureux ! On bénéficie aussi d’une belle croissance, avec de nouveaux partenariats comme avec Insurly ce mois-ci. Rien qu’en octobre, on ajoute quatre nouveaux partenaires à notre site.

Utiliser une IA pour conseiller les clients, une nécessité aujourd’hui ?

Aujourd’hui, c’est logique d’avoir une intelligence artificielle qui aide le client. Aucun des autres comparateurs ne le fait. Cet algorithme est vraiment notre marque de fabrique. C’est aussi pour ça qu’on continue de le développer. Il s’enrichit des nouvelles offres et des choix de nos clients. Suivant les options les plus prisées, l’algorithme ajuste ses recommandations. 

Avec 22 assureurs, on couvre près de 300 offres. Avoir un collaborateur qui connaît toutes les offres de chaque assureur, c’est impossible. L’algorithme aide beaucoup à effectuer un choix, en parallèle de notre plateforme téléphonique qui reste accessible à tous en cas de questions.

Téléconsulter un médecin français au prix d’une consultation française

Imaginons que je parte aux Etats-Unis, en solo en ayant la trentaine, voilà trois offres sélectionnées pour moi par l’algorithme !

Quels sont les prochains projets de Santexpat ?

Depuis la semaine dernière, on a inauguré une grosse nouveauté. Notre algorithme peut maintenant recommander à la fois des assurances internationales long terme, et maintenant des assurances à plus court terme. Notre offre s’adapte en fait à la demande, alors que les expatriés partent sur de plus petites durées. Aujourd’hui, ce sont quatre nouveaux partenaires qui rentrent dans notre algorithme, et qui nous permettent de couvrir encore plus d’offres.

On travaille aussi beaucoup sur le développement de nos partenariats, surtout la transparence et la confiance avec eux. Santexpat veut établir des représentants dans chaque pays cible. On a déjà deux représentants à l’étranger, et d’ici fin 2022, on espère en avoir une quinzaine. Ces personnes sont un peu des influenceurs de terrain, des personnes de confiance qui rassurent et aident les autres expatriés.

On est aussi en train de développer un projet assez important autour de la télémédecine. Grâce à un futur partenariat, nous pourrons proposer aux expatriés de consulter un médecin français basé en France pour toutes sortes de tracas, physiques ou mentaux. Au tarif d’une consultation française, les assurés pourront bénéficier d’ordonnances valables dans leur pays d’expatriation.

Un futur ancrage international, de nouvelles mises à jour de l’algorithme, une explosion des visites et des contrats : l’avenir de Santexpat semble radieux ! Ces nombreux projets résument bien la mentalité de cette jeune entreprise, qui veut viser toujours plus loin. Aucune frontière ne semble aujourd’hui pouvoir résister à Santexpat et à son fondateur. 

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire