Analyses
16 août 2021
5minutes

Chapitre 1 : Dessine-moi une IA. Réflexions sur la représentation de l’intelligence artificielle

Si vous deviez décrire une intelligence artificielle, quelles images vous viendraient spontanément à l’esprit ? Et quels adjectifs utiliseriez-vous pour la caractériser ? Pour beaucoup, elle prendrait la forme d’une figure humanoïde machiavélique fomentant en secret une prise de contrôle sur son créateur, ou d’autres plans retors. Un peu comme dans l’exemple ci-dessous.

Et si vous aviez tout faux ? Nous sommes en effet forcément et fortement influencés par des représentations sociales et culturelles entourant un concept qui s’immisce aujourd’hui dans notre quotidien, tout en demeurant malgré tout étrange et largement méconnu. Il apparaît donc important de les questionner.

Des IA et des robots stars de la science-fiction

En nous replongeant dans les films et séries cultes qui ont marqué ces cinquante dernières années, certaines productions présentent les robots et autres intelligences artificielles sous un jour peu favorable. Si vous avez vu Terminator, il y a par exemple peu de chance pour que vous vous rangiez du côté de ces machines qui veulent exterminer les humains. Sans même y penser, les robots sont passés, avec ce film, du côté des méchants pour une grande partie des spectateurs. Le premier volet, sorti en 1984, demeure toujours une référence culturelle majeure, tant pour ses effets spéciaux que pour la structuration du scénario autour de l’IA. C’est d’ailleurs celle-ci qui dirige le monde post-apocalyptique dont est venu le Terminator, transposition à l’écran des inquiétudes générées par un progrès dont l’humain a toujours craint qu’il ne le dépasse.

Le chef d’œuvre de Stanley Kubrick, 2001, l’Odyssée de l’Espace, constitue un autre incontournable. Dans la troisième partie du film, les deux astronautes en voyage vers Jupiter se méfient du désormais mythique HAL 9000, un supercalculateur embarqué dans leur vaisseau et doté d’une intelligence artificielle. Celui-ci semble prendre conscience de lui-même, avant de devenir une menace pour la survie et la réussite de la mission spatiale. HAL 9000 sait lire sur les lèvres, faire preuve de logique et prendre des décisions seul. Dotée d’un libre arbitre et d’une capacité d’action autonome, l’IA prend encore une fois le pas sur un humain qui en perd la maîtrise.

Terminator IA

De multiples références à l’intelligence artificielle émaillent la pop culture. De Frankenstein aux robots d’Asimov, des algorithmes de Matrix aux androïdes de Blade Runner ou Real Humans, ces “créatures” interrogent notre manichéisme et notre rapport à la technologie, façonnant un imaginaire aussi fascinant qu’angoissant. Et quand bien même les machines endossent le costume du gentil, comme R2D2 ou Wall-E, il devient difficile de s’extirper d’un système de représentation hérité d’un puissant référentiel issu de la SF. Et alors que le concept d’IA se démocratise, les images utilisées par les médias ou blogs évoquant le sujet n’aident pas vraiment à se défaire de ce legs.

Okay Google, montre moi une photo d’IA !

Si vous tapez intelligence artificielle dans le moteur de recherche de votre choix, et que vous sélectionnez “Images”, attendez vous à tout… et surtout à n’importe quoi ! Dans le florilège des photos d’illustration, vous pouvez compter notamment sur la présence de ce qui pourrait être un androïde, soit un robot ayant des traits humains, qui gère des chiffres ou des lignes de code, et des petits robots.

Sont aussi proposées des mains de robots qui serrent des mains humaines, ou des parodies de la Création d’Adam, avec des doigts tendus les uns vers les autres. Une autre catégorie d’images très en vogue sont celles du cerveau numérique flottant dans un océan de données. Toutes ces illustrations, bien que drôles pour certaines, représentent une assez mauvaise publicité pour l’intelligence artificielle. Ces images sorties de leur banque sont pourtant quasiment les seules à illustrer les articles sur le sujet et contribuent à ancrer une vision biaisée de la réalité.

Humains robotiques ou robots humanoïdes ?

Les images d’illustration entraînent aussi une association d’idées entre les intelligences artificielles et les robots. Pourtant, ces deux mots n’ont pas du tout la même signification ! Une IA pourrait être simplement résumée comme étant des lignes de code, des algorithmes et autres logiciels qui tentent de reproduire une forme d’intelligence humaine. De l’autre côté, les robots sont des machines imaginés pour essayer de reproduire des gestes humains.

Ces deux créations humaines sont pourtant soumises à un même traitement, qui ne bénéficie pas forcément à leur image publique : l’anthropomorphisation. Ce phénomène consiste à donner un aspect humain à un animal ou à une chose, dans le comportement et / ou la morphologie.  Nous associons ainsi inconsciemment ces créations à notre image, et donc à notre intellect, dépendant de ses biais et de ses problématiques de représentation.

L’IA, un miroir de nos défauts ?

L’humain, s’il est une créature extrêmement complexe et évoluée, est cependant loin d’être parfait, contraint de composer avec ses petits défauts et ses émotions complexes. En transposant nos caractéristiques aux intelligences artificielles, nous leur donnons aussi nos limites. Le reflet du miroir peut parfois se révéler embarrassant.

Une des plus grandes peurs actuelles liées à l’IA serait qu’elle soit une réplique exacte de notre conscience… et de notre inconscient ! Des biais racistes comme sexistes ont déjà identifiés et sont logiquement pointés. Adresser efficacement ce sujet constituera l’un des enjeux majeurs pour espérer une évolution positive dans le temps. De même, d’autres questions comme l’édification d’un cadre réglementaire adapté ou la mise en place de garde-fous apparaîtront tôt ou tard, face à une intelligence artificielle qui pourrait se perfectionner jusqu’à reproduire ou simuler des émotions et de l’empathie. Ou quand la ligne deviendra extrêmement ténue entre fiction et réalité.

Et la réalité dans tout ça ?

L’IA est un monde encore neuf et propice aux fantasmes. Pour s’en accommoder, notre esprit a tendance à opter pour une représentation binaire de cet univers, qui s’éloigne finalement assez largement de la réalité. Car non, cette intelligence artificielle qui s’invite désormais dans notre quotidien, ce ne sont pas de vilains robots ou des anges gardiens virtuels, mais des applications très concrètes qui passent bien souvent inaperçues.

En utilisant votre téléphone ou votre ordinateur pour trouver votre chemin vers cet article, il y a d’ailleurs de grandes chances que vous ayez rencontré une IA sur votre parcours. Elles sont aujourd’hui partout, complètement intégrées dans nos parcours informatiques. Dans certains domaines, l’intelligence artificielle s’impose comme incontournable, à l’instar de la santé, la distribution, ou bien évidemment l’assurance. La révolution ne fait que commencer.

 

D'accord ? Pas d'accord ? Réagissez à cet article ou commentez !

Vous avez aimé ? Notez-nous !