Le chiffre du jour | Innovation : données de santé, une boîte de Pandore ?

Emilie Autin
Rédigé par Emilie Autin
21 juin 2021 - 2 minutes

 

Qui en sait le plus sur vous : vos amis, votre famille ou ceux qui détiennent vos données personnelles ? La réponse a toutes les chances d’être la troisième proposition. Depuis quelques années, le digital envahit tous les aspects de nos vies. Notre santé n’échappe pas à cette révolution, avec de nombreuses applications qui ont trouvé leur place dans nos smartphones. Bien que pratiques, elles soulèvent toutefois des questions. Dont l’une d’entre elles, particulièrement brûlante : que font-elles de nos précieuses données de santé ?

Une étude publiée dans le British Medical Journal s’est penchée sur cette problématique. Le constat est sans appel. Sur plus de 20 000 applications de santé disponibles sur le Google Play Store passées au crible, 88% sont susceptibles de collecter nos données personnelles. Ces informations peuvent être exploitées par le créateur de l’application, tout comme être revendues ou transmises à des tiers.

Face à l’innovation, un réel devoir de vigilance

Cette étude ouvre donc la boîte de Pandore. On apprend aussi que la plupart des opérations de collecte de données, et leur transmission, sont prises en charge par des prestataires externes à l’application. Dans ce cas de figure, ce sont donc des tiers qui se chargent de nos données de bout en bout. Les informations exploitées peuvent par exemple contenir notre nom ou notre localisation, voire plus…

Une autre question émerge alors : qui veut en apprendre toujours plus sur nous ? Instinctivement, les GAFA font figure de suspects n°1. Google, Apple, Facebook et Amazon sont déjà bien installés sur le marché de la santé. Avec leurs objets connectés ou autres initiatives, ces géants de la tech voient les choses en grand et sont devenues des interfaces entre nous et les professionnels de santé.

Ces innovations autour de la santé soulèvent autant de questions qu’elles proposent de solutions. En France, de nouveaux acteurs s’invitent sur ce marché. Début juin, Generali, Sanofi, Orange et Capgemini ont ainsi officialisé la naissance de Future4Care, un incubateur dédié à la e-santé. En parallèle, AstraZeneca, Docaposte et Impact Healthcare ont annoncé le lancement du consortium “Agoria Santé« , une plateforme d’hébergement et d’analyse.

Ces exemples viennent confirmer l’accélération soudaine de la digitalisation de la santé. Plus que jamais, la vigilance devra être de mise sur toutes les questions entourant le respect de notre vie privée. Quant aux professionnels de l’assurance – mutuelle, qui sont aussi amenés à manipuler ces précieuses informations, il sera attendu d’eux un comportement exemplaire sur le sujet.

 

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire