MAE – Mila : une association au service des « dys »

Nastasia Montel
Rédigé par Nastasia Montel
08 septembre 2021 - 2 minutes

La MAE profite de la rentrée pour annoncer un partenariat innovant. Le leader de l’assurance scolaire vient en effet de se rapprocher de Mila, startup spécialisée dans les « dys » (troubles de l’apprentissage, comme la dyslexie, la dyscalculie ou la dysorthographie). Au programme : un nouveau module inédit d’accompagnement des enfants souffrant de troubles spécifiques d’apprentissage et du langage (TSAL). Plus précisément, ce module est un programme de recherche qui va observer les enfants dans la vie réelle grâce à des jeux musicaux développés par Mila.

Philippe Bénet, Président de la MAE déclare : « Au sortir d’une période fortement marquée par les interruptions et les cours à distance, il nous a semblé essentiel d’agir sur les troubles Dys qui constituent un facteur important d’isolement chez les jeunes enfants. Les troubles de l’apprentissage concernent près de 7 millions de personnes en France, dont près de 20% sont des enfants de moins de 15 ans. Pour faire bouger les lignes, nous souhaitions trouver un partenaire qui partage nos valeurs. Nous sommes ravis de nous engager avec Mila. »

 

Le digital pour une éducation pour inclusive

Mila, startup issue de Polytechnique, est un projet créé en 2018 par un groupe de chercheurs. Ils accompagnent les enfants atteints de TSAL dans leur parcours thérapeutique aux côtés des professionnels de santé. En 2020 la jeune pousse a lancé « Mila-Learn », un logiciel de rééducation par la musique, sur smartphone et tablette. Plus de 6000 enfants de 7 à 14 ans l’utilisent déjà. Ce programme, soutenu par la BNP Paribas, Bpi France et Kurma Partners, fait actuellement l’objet d’une étude clinique à la Pitié-Salpêtrière (Paris, AP-HP) auprès de 160 patients.

Alors que 5 à 7 % de jeunes élèves souffrent de troubles de l’apprentissage en France, ce nouveau partenariat entre le leader de l’assurance scolaire et Mila a pour but de rendre l’éducation plus inclusive, et d’aider ces enfants dans leur estime de soi et à être plus autonomes. Les premiers résultats pourront être dévoilés en 2022.

 

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire