Lemonade recourt à son tour à l'option licenciement !

Manon Darmet
Rédigé par Manon Darmet
30 mai 2022 - 2 minutes

Ça ne s’arrête plus ! La conjoncture est rude et met le monde de la tech sous pression. L’insurtech n’échappe évidemment pas à l’orage, et les annonces s’enchaînent. Alors que nous évoquions récemment les difficultés des pépites US en Bourse, elles activent aujourd’hui l’option licenciement. Et c’est maintenant la plus illustre d’entre elles, Lemonade, qui coupe à son tour ses effectifs. Selon les informations obtenues par Coverager, la petite reine new-yorkaise a ainsi licencié au moins 52 employés le mois dernier. 

Lemonade aurait confié que ces licenciements, qui ont pris les employés par surprise, étaient « basés sur les performances », jugées insuffisantes d’après l’insurtech. Mais, toujours selon Coverager, plusieurs sources de Lemonade auraient affirmé que la performance n’était qu’une excuse et que l’entreprise cherchait surtout à réduire certaines dépenses… Le média américain a contacté la startup afin d’obtenir plus de précisions quant à sa version, et est toujours dans l’attente d’un retour.

Un marché qui pose des questions

Cette annonce n’étonnera malgré tout pas grand monde si l’on suit la trajectoire des insurtechs américaines ces derniers mois. Après l’euphorie vient le temps des questions. Et le marché s’interroge aujourd’hui clairement sur leur valorisation. L’effervescence générée par les premières IPO, il y a un peu plus d’un an, semble aujourd’hui fort lointaine. Depuis, Metromile a déraillé, Root et Hippo sont en chute libre sous les 2$ et même Lemonade, qui semblait la plus solide, se trouve donc en difficulté. Son action, qui avait flambé jusqu’à plus de 160$, est aujourd’hui négociée sous son prix d’introduction (23$). Une chose est sure : le contexte macro-économique est venu sérieusement bousculer les marchés financiers. La priorité désormais ? La rentabilité à tout prix alors que les valorisations chutent !

La fête semble ainsi finie pour les pépites de la tech. Lemonade n’est clairement pas la seule dans cette situation. En début d’année, c’était la licorne américaine Root qui se voyait contrainte de licencier. Depuis, ce sont des noms biens connus comme PayPal, Getir, Bolt ou encore Klarna qui ont également suivi le même chemin. Il faut dire que les entreprises tech se retrouvent maintenant face à un marché très tendu après l’euphorie post covid. En sus, la guerre russo-ukrainienne complexifie les choses et assombrit les perspectives à court terme. Alors, quelle stratégie faut-il adopter dans un tel contexte ? Cette question sera à n’en pas douter l’un des enjeux brûlants des prochains mois dans la sphère insurtech.

1 seul commentaire sur cet article. Réagissez !

Commentaires

  1. ​Vous pouvez aussi mentionner Gorillas qui licencie (déjà) en masse​ et qui quitte (déjà) plusieurs marchés quelques mois à peine après y être rentré…

Laissez votre commentaire