26 août 2021
2minutes

Le chiffre du jour | Climat : La facture s'alourdit

Climat assurance coût

Le changement climatique s’accélère et ses conséquences sont de plus en plus sérieuses. Si besoin en était, la première partie de cette année 2021 a malheureusement confirmé cette réalité. Aux quatre coins du monde, la planète s’est déchaînée : tempête hivernale Uri aux Etats-Unis, gel printanier en France, inondations en Allemagne et en Chine, feux de forêts sur le pourtour méditerranéen… A un bilan humain extrêmement sévère (4 500 morts ou disparus) s’ajoute une facture financière particulièrement élevée.

En effet, durant le premier semestre, les catastrophes naturelles ont engendré des pertes assurées estimées à 40 milliards de dollars dans le monde. Il s’agit du deuxième plus haut total de l’histoire, après l’année 2011 qui avait été marquée par les terribles séismes au Japon et en Nouvelle-Zélande. A titre de comparaison, la moyenne sur les 10 dernières années s’élevait à 33 milliards de dollars.

Le prix de l’assurance multiplié par 3 d’ici 30 ans ?

Comment ne pas mettre ses chiffres en parallèle avec le dernier rapport du GIEC ? Hausse inquiétante de la température, concentration de CO2 jamais vue depuis 2 millions d’années, multiplication des événements extrêmes : les experts attirent l’attention sur une situation sans précédent, dont les conséquences impacteront tous les secteurs. Sans surprise, le contexte bouscule les tables actuarielles. A titre d’exemple, le coût de l’assurance habitation en France, qui a déjà augmenté de 34% sur les 10 dernières années, pourrait littéralement flamber et connaître une hausse de 200% à l’horizon 2050.

On le répète, mais les assureurs ont une responsabilité à endosser sur ce sujet du changement climatique. « C’est l’un des principaux risques auxquels font face la société et l’économie mondiale. En travaillant aux côtés des pouvoirs publics, le secteur de la ré/assurance a un rôle à jouer pour renforcer la résilience des communautés, en favorisant le développement à l’écart des zones à risques, en effectuant des investissements adaptés, en garantissant l’assurabilité des actifs et en s’attelant à combler les gaps de protection », appuie Jérôme Jean Haegeli, responsable de l’entité économie chez Swiss Re. Le digital et l’innovation, avec des technologies comme le paramétrique, seront également des atouts clés pour adresser le défi d’un siècle.

 

En savoir plus avec le rapport à propos des catastrophes naturelles sur le S1 2021 signé Swiss Re

 

D'accord ? Pas d'accord ? Réagissez à cet article ou commentez !

Vous avez aimé ? Notez-nous !