Web3, et si l'assurance changeait de peau ?

Manon Darmet
Rédigé par Manon Darmet
29 juillet 2022 - 2 minutes

Avec l’arrivé de l’été, le calme s’est installé. L’occasion de creuser des sujets de fond ! Et si vous ne vous êtes pas encore plongé dedans, il est plus que jamais temps de s’intéresser au Web3. Ça tombe bien car Oliver Wyman nous a servi une jolie synthèse sur les enjeux du moment. Le sujet ne peut plus être éludé par les assureurs et le cabinet de conseil nous a expliqué pourquoi. On vous raconte tout !

Pour le cabinet, deux dimensions principales sont à prendre en compte. La première ? L’économie du Web3 est complètement sous-assurée. Aujourd’hui, moins de 1% des assets crypto sont couverts dans le monde ! Le marché, bien que complexe à adresser pour le moment, est donc immense. 

Deuxièmement, le Web3 représente une opportunité unique de réinventer leur chaîne de valeur. En créant des propositions et modèles commerciaux meilleurs, plus rapides et moins chers. Vous l’avez compris, les assureurs ont l’occasion de changer radicalement leur image.

Un univers d’opportunités… mais aussi de nouveaux risques à bien connaître !

Le Web3 représente donc un formidable terrain de jeu à explorer. Et cela, certains acteurs l’ont bien compris. Le train est d’ailleurs déjà en marche. Lemonade ou encore Evertas, dont nous vous avons déjà parlé dans les colonnes d’Eficiens, explorent les possibles. Et les pionniers du métavers, d’Emmanuel Moyrand à François Pannecoucke, en passant par le géant AXA, sont également en train de défricher ce nouvel espace.

Mais tout n’est pas tout beau, tout rose. Bien évidement, participer à l’écosystème Web3 comporte également des risques ! Et ce, tant financiers que non financiers. Ces risques peuvent devenir des opportunités commerciales, mais il faut bien savoir où vous mettez les pieds. Le secret, c’est de faire preuve de prudence, et s’acculturer, surtout. N’attendez donc plus pour structurer votre approche sur le sujet. De bonnes idées à méditer au cœur de l’été !

Téléchargez l’étude complète signée Oliver Wyman en cliquant ici

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire