Travailler dans l'assurance - Quelles formations ? Zoom sur 2 écoles, l'IFPASS et l'ENASS

Amélie Sanchez
Rédigé par Amélie Sanchez
26 avril 2021 - 5 minutes

 

 

1. L’assurance, un secteur dynamique mais méconnu

Malgré la crise, certains secteurs recrutent ! C’est le cas de l’assurance, notamment avec l’exemple de Luko, assurance habitation 100% en ligne, qui recherche actuellement une centaine de personnes sur deux pôles : technologique (développeurs, data scientists), et les métiers de l’assurance et du logement (gestionnaires de sinistres, experts en assurance, réparateurs, etc.). Les profils ciblés sont aussi bien des profils expérimentés que des profils de jeunes diplômés.

Cependant, l’assurance manque encore d’attractivité auprès des jeunes notamment. Elle est toujours lestée d’une image souvent austère et désuète. Changer cette perception, c’est le combat quotidien de l’IFPASS, une des écoles spécialiste du secteur. Selon Laurence Stalin, Responsable de programme et développement, et Clotilde Planchon, Responsable de l’offre diplômante, le meilleur moyen d’attirer de nouveaux étudiants est d’associer des alternants en poste dans les salons, afin qu’ils présentent leur quotidien. En effet, il est important que les jeunes prennent conscience que « l’assurance aujourd’hui, c’est la voiture autonome et Amazon : ce n’est plus le cabinet au bout de la rue avec les piles de dossiers rose et bleu ».

En effet, on constate la multiplication des initiatives pour faire connaître les métiers de l’assurance au plus grand nombre. Voici 3 exemples probants :

  • La participation des assureurs au village de l’emploi, une initiative permettant de former des jeunes aux métiers de l’informatique en 3 ans
  • La création d’une plateforme dédiée pour promouvoir les métiers de l’assurance, « J’assure !« 
  • Le lancement d’une campagne « des jobs qui assurent » avec des portraits métiers et témoignages d’alternants à destination des jeunes

 

Mes formations de l'assurance

 

2. Une pluralité des métiers et des formations

Le site jassuremonfutur.fr propose un annuaire des formations qui permettent de travailler dans l’assurance. Et elles sont nombreuses ! En effet, qui dit pluralité des métiers dit aussi pluralité des formations. L’Observatoire des métiers de l’assurance illustre ceci en précisant les 10 domaines de diplômes les plus fréquents chez les salariés du secteur :

 

 

Les profils sont donc très variés, comme les spécialisations de diplômes, mais aussi les niveaux :

 

 

Dans le secteur de l’assurance, les fonctions supports, ainsi que les fonctions commerciales, peuvent être accessibles à des formations généralistes : DUT / BTS / licences à dominante commerciale, de gestion ou en communication marketing, grandes écoles de commerce ou de communication.

En revanche, dans l’actuariat par exemple, ou la gestion des contrats, une formation spécialisée est nécessaire.

Notons aussi que l’assurance n’est plus forcément associée à un travail « salarié » classique : nombre de diplômés se lancent dans l’entreprenariat après une formation spécialisée.

 

  • BTS assurance

En 2 ans après le Bac, cette formation permet d’accéder aux métiers de chargé de clientèle, téléconseiller, collaborateur d’agent général d’assurances ou de courtier, rédacteur, souscripteur.

Elle peut être suivie dans des écoles généralistes, des écoles spécialisées en alternance, mais aussi dans certains CFA et lycées. Elle peut même être suivie à distance avec le CNED.

 

  • Licence ou bachelor spécialisés dans l’assurance

Ces diplômes de niveau Bac +3 peuvent constituer la suite logique d’un BTS assurance en 1 an ou faire suite à 2 années d’études généralistes (en droit par exemple).

Le site meilleurelicence.com a établi un classement des 5 meilleurs diplômes Bac +3 spécialisés en assurance.

Ces formations sont majoritairement proposées par des universités et écoles spécialisées dans l’assurance. Elles permettent d’accéder aux métiers de conseiller, souscripteur, gestionnaire en assurance.

 

  • Masters spécialisés dans l’assurance

Accessibles après un Bac +3 en 2 ans, ces diplômes permettent une spécialisation plus accrue, en management, droit ou actuariat par exemple. L’Argus de l’assurance a d’ailleurs récemment dressé un panorama exhaustif des Masters spécialisés en droit des assurances.

Ces formations sont majoritairement proposées par des universités, écoles de statistiques ou d’économie, ainsi que par les écoles spécialisées. Elles permettent d’accéder à des fonctions de management, consultant en assurance, actuaire, etc.

Le classement Eduniversal 2021 classe les meilleurs établissements proposant des masters dans l’assurance.

 

3. Les écoles spécialisées : IFPASS vs ENASS 

On note que toutes les formations citées ci-dessus (du niveau Bac +2 à Master) sont représentées dans des écoles spécialisées – c’est-à-dire des écoles qui préparent spécifiquement leurs étudiants à travailler dans l’assurance.

Focus sur 2 d’entre elles : l’IFPASS et l’ENASS.

 

  IFPASS ENASS
Statut Privé Public
Nombre d’étudiants 1100 chaque année 750 étudiants
Localisation géographique

Implantée en région Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg et Bordeaux bientôt Niort

Implantée en région : 7 centres d’enseignements

Formations Bac +2 BTS Assurance Non
Formations Bac +3 Plusieurs licences pro & Bachelors spécialisés Licence conseiller, souscripteur, gestionnaire en assurance
Formations Bac + 5 Plusieurs masters spécialisés et cycle de l’HESCA Master management de l’assurance
Alternance Oui, sauf pour le cycle de l’HESCA (formation initiale pure avec des stages) Oui, 100% d’alternants
Formations ciblées digital Oui : licence pro métiers de l’e-assurance, qui vise à accompagner agents et courtiers dans leur processus de digitalisation ; complété en 2016 du titre de « manager digital » Pas de formation spécifique « digitale », le digital est directement inclus dans la formation, notamment au niveau licence
Sélection à l’entrée Oui, sur dossier Entrée sur concours pour le master (oraux), très sélectif : 297 candidatures pour 60 places cette année.
Atouts de l’école

Diversité des cursus proposés.

Certaines spécialisations « e-assurance par ex – permettent de se lancer dans l’entrepreneuriat par la suite.

Classement Eduniversal 2021 : 1ère place.

2 laboratoires intégrés à l’école centrés sur la recherche.

 

4. L’alternance : tapis rouge vers l’emploi

On note que l’IFPASS et l’ENASS ont fait le choix de l’alternance pour intégrer au plus tôt les étudiants dans la vie active. Et ça marche ! Le secteur de l’assurance embauche ses alternants : sur les 15 182 nouvelles embauches recensées en 2018, 3 628 soit 23,9% concernaient des contrats en alternance. (Source: OEMA)

 

 

Cependant, avoir un pied dans le monde de l’entreprise ne suffit pas ! Selon Myriam Zouari, Directrice pédagogique de l’ENASS, les assureurs ont une grande exigence de conformité, mais recherchent aussi des soft skills, pour permettre à leurs futurs collaborateurs de s’adapter, notamment aux nouveaux process digitaux à distance.

 

 

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire