23 juin 2021
5minutes

Santé mentale : le tabou se lève chez les assureurs

Au fil des mois de pandémie, la santé mentale des Français s’est dégradée. A l’occasion du premier confinement, il y a maintenant plus d’un an, 22,6% des citoyens déclaraient être dans un état anxieux ou dépressif. Au deuxième, ils étaient 26,7%. Enfin, lors du dernier épisode, ce chiffre a atteint des sommets avec 34% des personnes présentant des symptômes inquiétants. Entre octobre 2020 et janvier 2021, le nombre de recherches en ligne sur Doctolib en lien avec la santé mentale a tout simplement doublé !

L’onde de choc provoquée par la COVID-19 a permis aux maladies et troubles mentaux de commencer à briser le tabou qui les entoure. Encore aujourd’hui, il est en effet parfois difficile de parler de sa santé mentale, plus en tout cas que de sa santé physique. Ces maladies, trop méconnues, font parfois peur, alors que la plupart se traitent très bien.

Malheureusement, le grand public n’est pas suffisamment sensibilisé. Les assureurs ont ici clairement une responsabilité à endosser. Déjà en 2014, dans une étude d’Opinion Way pour la MGEN, la moitié des sondés pensaient que leur mutuelle pourrait jouer un rôle plus important dans l’information et la prise en charge de ces maladies. Aujourd’hui, c’est plus que jamais une évidence. La situation alarmante a d’ailleurs provoqué une réaction au plus haut de l’État, mais aussi chez certains assureurs et mutualistes.

 

Les assureurs dans le sillage du gouvernement

France santé mentale

C’est tout d’abord l’État qui s’est emparé de ce sujet brûlant de santé mentale. La crise déclenchée par la COVID-19 a mis en évidence des problèmes d’envergure dans certaines catégories de la société, comme celle des étudiants par exemple. Durant cette période difficile, le gouvernement a ainsi mis en place des dispositifs d’accompagnement des jeunes. En plus d’un soutien économique, les étudiants ont pu profiter de chèques psy offrant trois consultations gratuites chez des professionnels de la santé mentale. Toutes les démarches sont expliquées sur le site gratuit Santé Psy Étudiant.

En plus de l’État, les mutuelles et assurances ont aussi fait un pas dans la bonne direction. Le 22 mars 2021, les complémentaires santés ont décidé de prendre en charge la consultation de psychologues, sous certaines conditions évidemment. Désormais, plusieurs séances pourront être remboursées tous les ans, dans la limite de 60 euros et sous prescription médicale. Les assureurs en rembourseront jusqu’à quatre, quand les mutuelles prendront en charge au moins quatre consultations par an. L’entrée en vigueur du dispositif va cependant devoir attendre la consultation du secteur médical.

 

Une alliance pour la santé physique et mentale

Alliance Covid

Certains acteurs du milieu n’ont toutefois pas attendu pour aller encore plus loin en faveur de la santé des Français. L’Alliance Digitale contre la COVID-19 est composée de nombreuses entreprises très différentes les unes des autres, mais dont font partie, sans surprise, plusieurs assureurs : Generali, AG2R, Allianz, Klesia ou le Groupe VYV. Ensemble, elles ont participé à la création du site maladiecoronavirus.fr. Cette plateforme a permis lors de la première vague de mettre en place un questionnaire pour repérer des premiers signes susceptibles de déterminer une contamination à la COVID-19.

Puis, quelques mois plus tard, sur le même principe et avec les mêmes partenaires, un nouveau site a été mis en place : coronapsy.fr. En quelques minutes, tous les internautes peuvent faire un point sur leur santé mentale. Un rapide diagnostic est établi et permet d’être dirigé vers des psychologues en fonction du profil de l’individu. A la fin du questionnaire, on retrouve même un petit encart sur les programmes des assureurs partenaires pour les consultations liées à la santé mentale. L’outil coronapsy trouve parfaitement sa place dans les plateformes des assureurs / assurtechs. Un acteur comme mySofie a par exemple profité de l’occasion pour offrir ce service à valeur ajoutée à ses utilisateurs.

 

L’innovation et le digital au service de la santé mentale

Qare Doctopsy

Le site Coronapsy conseille aussi des plateformes qui proposent des consultations à distance. En effet, la révolution digitale a logiquement vu de nouveaux noms arriver sur le créneau de la santé mentale. Des formes innovantes de soins et de suivi des maladies mentales sont apparus en ligne. On peut par exemple noter les initiatives de cliniques en ligne, qui proposent des séances de groupe comme des consultations en tête à tête avec un médecin… qui sont même parfois prises en charge par les mutuelles !

Parmi ces acteurs innovants, on retrouve les plateformes Qare, qui a racheté Doctopsy en 2020, Livi, qui a musclé son équipe en recrutant des psychiatres l’été dernier, Mon Sherpa ou Geo Psy. Ces initiatives sont souvent soutenues par des assureurs comme des mutuelles. En proposant des consultations à distance, par téléphone, visioconférence ou encore par discussion écrite, elles permettent de lever certains freins à la consultation. Plus besoin de bloquer une après-midi entière pour aller chez le psy, il suffit de se connecter à son application à l’heure prévue ! Le digital, au-delà du temps gagné, participe surtout à démystifier la démarche. Par ailleurs, il est aussi plus simple pour certains malades de rester chez eux, comme les agoraphobes pétrifiés par les espaces ouverts ou publics.

La crise a également favoriser les rapprochements entre spécialistes de la santé digitale. La collaboration entre Doctolib et Petit BamBou est un très bon exemple. Le géant et l’application spécialisée dans la méditation – qui avait déjà noué un partenariat avec Alan – ont ainsi annoncé en mai 2021 avoir développé un outil novateur pour sensibiliser et surtout mieux accompagner les personnes sur la prise en charge de la santé mentale.

Et si certains assureurs restent cependant encore frileux face à ces questions de santé mentale, ils doivent rapidement se réveiller. La gravité de la situation exige d’eux une réponse appropriée. Avec l’innovation et les solutions développées par assurtechs et spécialistes de la e-santé, ils ont dorénavant un arsenal de choix à disposition. Plus aucune excuse ne sera tolérée !

 

D'accord ? Pas d'accord ? Réagissez à cet article ou commentez !

Vous avez aimé ? Notez-nous !