Analyses
03 février 2021
9minutes

C'est quoi la QVT, La Qualité de vie au travail ? L'exemple de l'assurance

 

1 – La qualité de vie au travail, qu’est-ce que c’est ?

 

L’intérêt pour la qualité de vie au travail en France est plutôt récent. Ce concept n’est toutefois pas nouveau. En effet, les Etats-Unis et les pays scandinaves ont posé les fondements dans les années 50. Il découle de l’obligation pour l’employeur de garantir la santé de ses salariés.

L’expression « qualité de vie au travail » émerge en France d’abord dans les accords d’entreprises puis dans l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 (ANI).

En 2015, la loi Rebsamen regroupe en 3 thèmes l’ensemble des négociations annuelles obligatoires instituées par les lois Auroux. La notion de qualité de vie au travail a donc été intégrée dans le Code du travail, devenant un sujet de négociation obligatoire. L’article L2242-8 du Code du travail détermine les sujets devant être abordés lors de la NAO QVT :

  • Articulation entre vie personnelle et professionnelle
  • Objectifs et mesures permettant d’atteindre l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
  • Lutte contre les discriminations en matière de recrutement, insertion professionnelle, maintien dans l’emploi des personnes handicapés
  • Modalités de définition d’un régime de prévoyance de branche ou d’entreprise
  • Exercice du droit d’expression direct et collectif
  • Prévention de la pénibilité

Enfin en 2019, la loi PACTE fait de la qualité de vie au travail un véritable enjeu avec l’apparition de la notion de « raison d’être » pour les entreprises. Il est désormais établi que « la société est gérée dans son intérêt social et en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». Dans le secteur assurance, la MAIF a été l’un des premiers acteurs à s’inscrire dans cette voie.

Cependant, au-delà des aspects légaux, la qualité de vie au travail est aussi un enjeu en matière de productivité. Des salariés satisfaits et en bonne santé, c’est moins de turnover, moins d’arrêts maladie et plus d’engagement au travail !

La qualité de vie au travail doit être vue comme une démarche globale et non comme un acte isolé ou une mesure ponctuelle (mise en place d’une salle de sport, etc.). Il s’agit d’une démarche sur moyen / long terme qui ne répond pas à une crise mais plutôt à une vraie volonté d’amélioration continue.

 

Pour résumer, la QVT, c’est quoi ?

L’accord national interprofessionnel de 2013 définit la qualité de vie au travail ainsi :

« La qualité de vie au travail (QVT) désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises » (…) « Elle peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué.»

 

2 – Déroulement d’une démarche QVT

 

La qualité de vie au travail est déterminée par plusieurs facteurs, certains inhérents à la personne elle-même, à son poste, d’autres à l’environnement de travail et enfin aux interactions avec le management et les autres salariés.

L’Anact (Agence Nationale pour l’amélioration des conditions de travail) les liste ainsi :

  • Le contenu du poste
  • La santé au travail
  • Les compétences et le parcours professionnels du salarié
  • L’égalité professionnelle
  • Le management, l’engagement
  • Les relations au travail, le climat social

 

QVT Charte

 

Certains facteurs sont aussi déterminants pour la réussite d’une démarche QVT. En premier lieu, il faut prendre en compte le soutien du management et du top management. Ensuite l’assurance qu’ils soient correctement sensibilisés à la démarche en amont (par le biais de formations par exemple).

L’Anact établit les étapes suivantes dans la mise en œuvre de la démarche :

 

QVT étapes

 

À noter : dans la mise en place d’une démarche de qualité de vie au travail, vous pouvez vous rapprocher de votre mutuelle d’entreprise, qui peut vous fournir certains services utiles à destination de vos salariés, comme une plateforme d’écoute et de soutien psychologique (AG2R la mondiale propose par exemple une offre adaptée au contexte sanitaire).

La plateforme digitale Lily facilite la vie propose également une solution digitale de soutien à vos salariés.

 

3 – L’IBET pour mesurer les performances en matière de qualité de vie au travail

 

Le groupe APICIL et le cabinet Mozart Consulting publient chaque année depuis 2011 un rapport calculant l’Indice de Bien-Etre au travail. Il mesure la satisfaction des salariés et l’impact sur la productivité dans l’entreprise.

L’IBET est un indice qui se situe entre 0 et 1. 1 correspond ainsi à la meilleure performance de l’engagement socio-organisationnel de l’entreprise. 5 niveaux d’engagement sont possibles.

 

IBET

 

L’indice est calculé à partir de données telles que l’effectif et la masse salariale. Mais aussi des données sociales cumulées et anonymes disponibles via la DSN (mouvements de main d’œuvre, arrêts de travail …). On peut prendre en compte une vingtaine de variables.

L’IBET évalue également le coût moyen du désengagement en entreprise. Ainsi, selon la dernière étude publiée en octobre 2020, tous secteurs confondus, l’indice IBET global est de 0,73. Soit un niveau de vigilance en « alerte » (niveau sensiblement stable par rapport à 2019). Le coût annuel du mal-être au travail par salarié et par an est estimé à 14 310 euros. Seul le secteur de l’industrie a un niveau jugé « satisfaisant », tous les autres secteurs se situant en « alerte ».

À noter qu’en novembre 2020, le cabinet Mozart Consulting a fait l’objet d’une acquisition par Territoria Mutuelle. La fusion des données de Mozart Consulting avec Territoria Mutuelle devrait permettre d’accroitre la fiabilité de l’IBET ainsi que la mise en place de politiques de prévention plus appropriées dans les années à venir.

 

4 – Qualité de vie au travail dans les sociétés d’assurance

 

La QVT a fait l’objet d’un premier accord dans le secteur de l’assurance entre la Fédération Française de l’Assurance et les organisations syndicales de salariés en 2016. Celui-ci répond aux enjeux du secteur, notamment la digitalisation des activités et ses conséquences sur les métiers et l’organisation des entreprises.

L’accord définit les différents acteurs et leurs rôles (DG, managers, fonction RH, collaborateurs). Il donne les pistes prioritaires pour entamer la démarche.

Par la suite, les partenaires sociaux de la branche des sociétés d’assurance ont créé un guide des bonnes pratiques en matière de qualité de vie au travail en 2017. Celui-ci donne des exemples mis en place dans les sociétés participantes (17 grands noms de l’assurance) en lien avec les thématiques évoquées.

À noter que pour coordonner la démarche, certaines entreprises du secteur ont créé le poste de « Responsable Qualité de vie au travail ». Ce poste a été créé dès 2012 chez Allianz par exemple – mais il s’agit avant tout d’un poste récent : selon la startup Moodwork, spécialisée dans la mesure de la qualité de vie au travail, 86% des responsables QVT occupent ce poste depuis moins de 5 ans. Ils en ont identifié 110 au total en France. Les missions y sont diverses :

  • la sensibilisation des acteurs (création d’un e-learning de sensibilisation pour l’ensemble des salariés et de sites dédiés à la QVT via l’intranet)
  • recueil de l’expression des salariés (création de communautés pour brainstormer, lancement d’appel à idées via l’intranet de l’entreprise, mise en place d’un baromètre social chez Allianz, …)
  • accompagnement des managers (mise en place d’un plan d’accompagnement managérial, création d’un groupe e-learning pour les managers, intégration d’un module QVT dans le parcours de formation des nouveaux managers chez la Matmut et CNP)
  • accompagnement du changement (programme de formation spécifique à l’attention de tous, partage du plan stratégique de l’entreprise)
  • permettre à tous de maîtriser les outils digitaux (mise en place du certificat digital assurance, organisation de rdv mensuels sur les techniques du digital)
  • faire évoluer les espaces de travail (impliquer les collaborateurs dans la mise en place de nouveaux espaces de travail chez CNP et AXA)
  • instauration de règles de bonnes pratiques pour l’utilisation des outils numériques (accord collectif droit à la déconnexion et sensibilisation des salariés et managers)
  • prise en compte de la vie personnelle et des situations particulières (dispositif de don de jours pour les parents d’enfants hospitalisés chez BNP Paribas Cardif, dispositif de maintien et retour à l’emploi des salariés après une longue absence chez la Matmut, mise en place d’outil type conciergerie à destination des salariés ou application de coaching santé chez AXA, prise en compte des problèmes de garde d’enfants avec le contexte Covid chez AVIVA …)
  • mise en place du télétravail (jusqu’à 3 jours / semaine chez Gras Savoye et jusqu’à 2 jours chez AXA – accords de janvier 2021)

Une démarche qualité de vie au travail a donc déjà été initiée dans le secteur. L’accord de 2016 et le guide des bonnes pratiques réalisés en 2017 pouvaient faire espérer un bon niveau en 2021. Cependant, l’indice IBET 2020 du secteur assurance / banque est de 0,80, soit un niveau en « vigilance », toujours insuffisant. Il y a donc encore matière à évoluer sur le sujet.

On note malgré tout que l’indice a évolué de 7 points sur le secteur par rapport à 2019. Il passe d’« alerte » à « vigilance ». Un premier pas de franchi !

De plus, certains acteurs du secteur ont continué tout récemment à alimenter leur démarche à l’image de CNP assurances. Ce dernier a mis en place au printemps 2020 un nouvel accord sur la qualité de vie au travail couvrant la période 2020-2023. Il prend notamment en compte les nouvelles attentes des salariés vis-à-vis du télétravail. Cela fait suite au premier confinement. La société propose ainsi la mise en place de 3 jours de télétravail par semaine. Parmi les mesures de cet accord, on note aussi des engagements en matière de parité.

 

5 – Les enjeux QVT 2021

 

Avec la généralisation du télétravail lié à la COVID-19, de nouveaux enjeux QVT font leur apparition. Et ce, aussi bien dans le secteur de l’assurance que plus globalement. Le télétravail un sujet « à la marge » dans l’accord de 2016, est aujourd’hui majoritaire. Il convient de prendre en compte ses particularités et les inclure dans la démarche QVT de l’entreprise.

Voici selon nous quelques problématiques 2021 à inclure ou à approfondir :

  • veiller au lien social des salariés en télétravail
  • garantir un équipement adapté en télétravail – prévention des TMS
  • manager en télétravail sans tomber dans la culture des résultats à l’excès
  • prendre en compte la parentalité en entreprise

 

Pour aller plus loin, un événement à suivre !

Du 14 au 18 juin 2021 : la 17ème édition de la semaine de la qualité de vie au travail organisée par l’ANACT. But : tirer les premiers enseignements de la crise du Coronavirus en terme de qualité de vie au travail.

 

Focus sur « Lily facilite la vie », une assurtech qui place la QVT au coeur de son offre

 

« Lily », c’est Magaly Siméon, une figure incontournable du monde de l’assurance qui a lancé son assurtech en 2017. Elle propose des solutions aux entreprises sur le sujet de la QVT. Objectif ? Fournir aux salariés des informations et conseils afin de les appuyer dans les décisions importantes du quotidien (sur les sujets de la famille, du domicile et des aînés).

Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez notre rencontre avec Magaly qui nous avait fait l’honneur de passer sur le plateau de notre Capsule Assurance en juillet 2019.

 

 

Les commentaires sont clos.

Vous avez aimé ? Notez-nous !