Virage à 180° pour Metromile

Emilie Autin
Rédigé par Emilie Autin
28 octobre 2021 - 3 minutes

En février 2021, Metromile célébrait son entrée en bourse. Les chiffres étaient au plus haut, comme la confiance des investisseurs en cette jeune licorne américaine proposant un produit ‘’pay-per-mile’’, une assurance auto au kilomètre présentée comme révolutionnaire. Depuis, tout semble tourner dans le mauvais sens pour l’assurtech. Résultats en berne et chute du cours de l’action… rien ne va plus ! L’entreprise cherche donc à redresser la barre, et vient d’opérer un surprenant virage à 180°.

Fontaine, je ne boirai pas de ton eau !

Metromile a, en effet, annoncé un changement drastique dans son approche en matière de distribution. Ainsi, l’insurtech s’ouvre aux courtiers indépendants pour espérer vendre davantage de polices. En quelques mois de travail, la licorne aurait déjà tissé des liens avec plus de 800 agents d’assurance à travers le pays de l’Oncle Sam. L’entreprise tenterait aussi de se rapprocher de certains comparateurs américains pour promouvoir son offre.

Cette stratégie représente un revirement spectaculaire. Jusqu’à présent, la startup de San Francisco, à l’image de plusieurs de ses congénères, estimait pouvoir révolutionner à la fois le produit comme le modèle de distribution. Peu aidé par la crise sanitaire, il est vrai, Metromile a dû se rendre à l’évidence. Avec un CPA qui brûle les yeux et des courbes d’acquisition inquiétantes, l’entreprise n’a manifestement pas trouvé le bon modèle. C’est pourquoi elle opère un rétropédalage en faisant aujourd’hui appel aux agents pour lui sauver la mise.

Droit dans le mur ?

« Les insurtechs reconsidèrent ces agents qu’ils enterraient volontiers il y a encore quelques mois. Elles constatent l’importance du lien qu’ils possèdent avec de si nombreux clients, analyse l’expert américain Jason Walker dans les colonnes de Insurance Journal. Aujourd’hui, Metromile et les autres doivent faire face à une réalité qu’ils ont mal évaluée, et les intermédiaires sont actuellement démarchés à longueur de journée ! »

L’évolution du cours en Bourse des actions Root, Metromile et Hippo depuis un an.

Si la sphère insurtech impressionne par son dynamisme et des levées de fonds qui battent tous les records cette année, l’envers du décor peut être bien moins reluisant. Metromile n’est pas la seule entreprise du secteur à connaître des déboires. Les mauvaises nouvelles s’enchaînent également pour Root, qui vient de perdre un nouveau CTO seulement quatre mois après son arrivée, alors que le prix de son action atteint des plus bas historiques. Quant à Hippo – qui a d’ailleurs noué récemment un partenariat avec Metromile -, son entrée en Bourse ne s’est pas vraiment déroulée comme espérée.

Cette situation doit amener à prendre un peu de hauteur sur un phénomène insurtech qui suscite les débats. S’il n’est certainement pas uniquement de la « hype » comme certains aiment à le décrire, il ne peut cependant être évalué strictement par le prisme de ces deals de financement plus impressionnants les uns que les autres. L’exemple Metromile est un avertissement, qui montre que tout peut aller vite, dans un sens comme dans l’autre. A vouloir brûler les étapes, gare à ne pas terminer droit dans le mur !

1 seul commentaire sur cet article. Réagissez !

Commentaires

  1. Analyse partagée, on dirait presque qu’il suffit de mettre « insurtech » dans le BP pour faire décoller les levées de fonds ! Pourtant, l’assurance reste un métier technique, quel que soit le pays, il faut donc considérer l’apport de valeurs et pas que sur la techno ou la promesse de simplicité de l’usage… Merci !

Laissez votre commentaire