Lifen lève 50 millions d’euros pour sa plateforme de e-santé

Nastasia Montel
Rédigé par Nastasia Montel
18 novembre 2021 - 2 minutes

Jackpot pour la e-santé ! Le secteur se modernise et attire de plus en plus les investisseurs, à l’image du plan « France 2030 » du gouvernement. Et aujourd’hui, c’est la startup Lifen qui voit son trésor augmenter de 50 millions d’euros. La jeune pousse a mis au point une messagerie médicale instantanée, et prévoit de multiplier les innovations en santé digitale.

L’entreprise (anciennement Honestica) fondée en 2015 s’est d’abord spécialisée dans la digitalisation des comptes rendus médicaux. Elle propose aujourd’hui sa plateforme de gestion de données de santé à plus de 600 établissements de santé en France. Les professionnels de la santé et patients peuvent y envoyer des messages ou des documents de façon sécurisée. Lifen propose aussi d’intégrer rapidement des solutions numériques en API, comme l’aide au diagnostic ou la gestion de parcours de soins.

« C’est toute la médecine qui va être réinventée avec le digital demain »

« L’objectif de fluidifier les échanges entre l’hôpital, la médecine de ville, le patient… Nous sommes déjà un des leaders du marché. Ce qu’on veut faire derrière c’est déployer tous types de solutions numériques auprès des hôpitaux », a expliqué Franck Le Ouay, cofondateur et CEO de Lifen, devant les caméras de BFM Business. Il ajoute que « la e-santé ne fait que commencer. Il y a eu 400 millions d’euros investis en France l’an dernier. Donc c’est toute la médecine qui va être réinventée avec le digital demain ».

Avec un rythme de croissance annuelle d’environ 70%, Lifen vise encore plus haut avec l’aide de ce nouveau financement – après une levée de fonds de 20 millions d’euros en 2019. En effet, l’entreprise veut agrandir son équipe, aujourd’hui composée de 160 collaborateurs, avec le recrutement annoncé de 200 personnes dans les 18 mois. Et d’ici 2025, Lifen vise 1 500 hôpitaux partenaires, et le développement de 200 solutions de e-santé. Enfin, la startup parisienne veut se déployer à l’étranger. « On regarde de très près l’Allemagne et l’Angleterre », précise un Franck Le Ouay enthousiaste et plus que jamais ambitieux.

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire