Eficiens x Astorya : L'assurance en effervescence, le baromètre ! - Edition juillet 2022

Alexandre Pengloan
Rédigé par Alexandre Pengloan
19 juillet 2022 - 5 minutes

Tout va actuellement extrêmement très vite dans le microcosme de l’assurance, et le rythme s’accélère encore en 2022 ! Afin de suivre au plus près cette révolution, nous avons fait appel à l’œil de Florian Graillot et des experts d’Astorya. Nous sommes ainsi heureux de vous présenter la 9e édition de notre rendez-vous mensuel : « L’assurance en effervescence, le baromètre ! »

L’œil du VC Florian Graillot

Retour au pragmatisme. La valeur ajoutée revient au centre des collaborations entre assureurs et jeunes pousses. On enfonce une porte ouverte, mais il semble que le secteur avait un peu perdu le fil ces derniers temps !

2022 marquait le retour, enfin, en live, du DIA Amsterdam. Cette édition, riche, a tenu toutes ses promesses. Et si l’on doit retenir une chose, c’est que le cas d’usage était à l’honneur cette année. Ainsi, au moins la moitié des passages sur scène impliquaient une insurtech avec son partenaire assureur. Du concret, donc, et du contraste par rapport aux précédentes éditions.

En effet, l’effervescence autour de l’insurtech nous avait semble-t-il détournés du droit chemin. Présentations à la chaîne de technologies brillantes mais inutiles, course effrénée aux POC… L’innovation avait quelque peu la tête à l’envers ! Cette année, nous sommes clairement revenus à une approche plus pragmatique, avec un vrai focus sur la valeur. Retenons notamment les passages remarqués de :

  • Wenalyse et Zurich autour de l’open data pour l’assurance à destination des TPE / PME
  • Tech11 avec Ergo sur la digitalisation de la chaîne de valeur
  • LifeQ et Hannover Re à propos des données de santé

Tout ceci montre qu’on atteint un stade de maturité. On est aujourd’hui capables de parler de retour sur investissement, de valeur ajoutée et de valeur délivrée. C’était aussi confirmé par le public. Il y avait les équipes innovation chez les assureurs, bien sûr, mais aussi beaucoup d’équipes métiers. Et ça, c’était nouveau ! Les assureurs venaient clairement chercher des solutions et pas simplement observer

Tout l’écosystème se recentre donc autour d’une approche plus rationnelle. L’insurtech a passé un cap. Côté corporates, on focalise enfin sur la valeur ajoutée et le ROI. On revient finalement vers une certaine logique : la techno c’est bien, mais c’est juste un moyen ! Ce qui compte, c’est la valeur délivrée. Une réflexion à intégrer pour des insurtechs qui sont dorénavant attendues au tournant par un marché lui aussi bien plus sélectif !

La startup du mois : Eleos

L’insurtech, ce n’est pas que le P&C ! On vous en parlait récemment… et de nombreuses jeunes pousses confirment la pertinence de s’attaquer à d’autres segments de la chaîne de valeur. La vie et les employee benefits en font partie et, comme YuLife qui a encore fait sauter la banque outre-Manche, Eleos s’est infiltrée sur ce terrain. La startup anglaise, fondée en 2022, a ainsi élaboré une solution originale en marque blanche autour des garanties de revenus.

Eleos a en effet opté pour un modèle de distribution embedded ou embarqué. Grâce aux API, l’insurtech est capable de câbler ses offres chez n’importe quel partenaire. Ces derniers peuvent donc intégrer très simplement le produit Eleos dans leur parcours et proposer une assurance perte de revenus 100% digitale à leurs clients. Voici donc un positionnement clairement dans l’air du temps, et une aventure que l’on suivra avec grande attention.

Le « game changer » : Assurly rejoint – à son tour – LesFurets.com

Voici une tendance que l’on observe depuis plusieurs mois. Après Acheel, Flitter ou Luko, c’était au tour d’Assurly de rejoindre le panel de LesFurets.com dernièrement. L’image du comparateur strictement réservé aux vieux de la vieille de l’assurance se fissure donc. C’est désormais un endroit où l’on retrouve également les insurtechs, et ce sur toutes les offres, de l’habitation à l’auto, en passant par l’emprunteur.

Et c’est au final terriblement logique. En effet, le comparateur génère environ 30% du trafic de base d’un assureur lambda en moyenne. Pourquoi serait-ce différent pour les jeunes pousses ? Car si leur communication se veut digitale, moderne et innovante, elles souffrent toujours d’un véritable déficit de notoriété. Le comparateur leur offre un double avantage : du business et de la visibilité. Et s’impose ainsi comme incontournable dans leur stratégie aujourd’hui, tout simplement !

Les principales levées du mois dernier en Europe

La sphère européenne a conclu 9 levées en juin. C’est encore le couple France / Royaume-Uni qui a donné le tempo, avec 8 de ces deals. Instanda a réalisé le plus important d’entre eux outre-Manche. La startup spécialisée dans les solutions no code a séduit les investisseurs en récoltant 43 millions d’euros pour poursuivre son essor.

La France a, de son côté, prouvé encore une fois son dynamisme. Dalma a notamment réalisé une jolie opération de 15 millions d’euros. Le spécialiste des animaux de compagnie, qui revendique 20 000 clients, atteint un stade intéressant de développement et va user de ces fonds pour accélérer son projet de « super app ».

Enfin, ce ne sont pas une mais deux pépites de la cyber assurance tricolore qui ont fait la « une » en juin. En effet, Stoïk (11M€) et Dattak (7M€) ont toutes deux capté des fonds pour tenter de craquer un marché où tout reste encore à faire. Les enjeux autour du cyber sont brûlants, l’opportunité énorme et les deux startups ont désormais toutes les clés en main pour essayer de s’imposer comme les leaders continentaux sur le sujet.

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire