Assurance & Mutuelle
09 janvier 2020
6minutes

Le paramétrique prend son envol – Rencontre exclusive avec Tanguy Touffut de Descartes Underwriting

 

Vidéo verticale sous-titrée – Clic sur les flèches ou le carré pour plein écran – Video de 2’20”

 

Parmi les jeunes pousses récemment apparues sur la scène française, elle avait tout particulièrement retenue notre attention. Positionnée sur un créneau porteur – l’assurance paramétrique –, déjà récompensée à plusieurs reprises – Challenge Fintech for tomorrow 2018, Insurtech de l’année 2019 –, affichant une ambition internationale, Descartes Underwriting a, il est vrai, tout pour séduire. Nous avons donc invité Tanguy Touffut, co-fondateur et CEO de l’entreprise, à venir nous raconter ce passionnant projet.

 

 

Le paramétrique ? Un sujet mathématique, de dimension mondiale et qui permet de moderniser l’assurance !

 

assurance-paramétrique

 

Adjectif alambiqué et volontiers abandonné à son sort entre les pages d’un vieux dictionnaire il y a encore peu de temps, le paramétrique est un terme dont la sonorité s’inscrit aujourd’hui fermement dans notre quotidien. Notre époque se caractérise par le changement perpétuel et l’incertitude inhérente à celui-ci. La dernière décennie est là pour rappeler à quel point l’assurance a changé en un temps très court. Prévoir, anticiper, extrapoler s’imposent dès lors comme des actions indispensables pour apprivoiser ce monde mouvant, intrigant et parfois angoissant – et tout particulièrement quand on parle de dérèglement climatique !

Assurance paramétrique climatique : une définition à connaître

L’assurance paramétrique ou assurance indicielle est un type d’assurance liée à un indice climatique (pluviométrie, température, taux d’humidité, etc.). Elle s’adapte ainsi à tous les secteurs météo-sensibles (agriculture mais aussi énergies renouvelables, transport ou tourisme). Contrairement à une assurance classique, qui couvre les pertes réellement causées, l’assurance paramétrique est basée sur un montant forfaitaire et contractuel. Dès le dépassement d’un certain seuil sur l’échelle indicielle, une indemnisation est déclenchée automatiquement.

Tanguy Touffut a, lui, depuis longtemps cerné ces problématiques. Après un cursus universitaire brillant à HEC, il commence sa carrière chez Oliver Wyman. Il y découvre le caractère « noble » lié à la mission de l’assurance. Sa carrière prend alors un nouveau sens. Il bascule chez AXA en 2010 où il est d’abord directeur de la stratégie sur les sujets non-vie. En 2013, il rejoint AXA Corporate Solutions, l’entité Grands Risques du Groupe (avant l’acquisition d’XL) et va s’occuper des destinées du paramétrique.

« C’est un sujet à la fois mathématique, de dimension mondiale et qui permet de moderniser l’assurance. J’ai eu beaucoup de chance de bénéficier de cette opportunité », confie-t-il.

Fin 2018, il décide de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat et fonde Descartes Underwriting. Cette assurtech, spécialisée dans le marché prometteur de l’assurance paramétrique, ambitionne de répondre à deux défis :

  • le premier, extrinsèque à l’assurance, lié au changement climatique et à ses conséquences directes (Format audio – 39′)

 

 

  • le second, intrinsèque au secteur, qui vise à utiliser le digital pour améliorer l’efficacité et l’équité du système (Format audio – 54′)

 

 

Le pouvoir des données au service de l’assurance

 

assurance-satellite-données

 

Afin de relever ces challenges, Tanguy Touffut a misé sur une équipe cosmopolite (6 nationalités) et hybride. Ainsi, à des gens issus du sérail (anciens d’AXA, Scor ou Swiss Re) se mélangent des mathématiciens, climatologues et physiciens.

« Je pense qu’il est important d’avoir une approche physique des modèles. Aujourd’hui, la plupart des assureurs ont une approche statistique : on regarde dans le rétroviseur. On n’enrichit pas les modèles avec des données comme la température à la surface de l’eau ou la vitesse du vent en temps réel. Nous, on veut regarder ce qu’il y a devant nous. Et là, les mathématiciens et physiciens apportent une compréhension très précieuse », précise Tanguy.

Le pari de Descartes Underwriting consiste donc à utiliser de plus en plus de données externes à l’assurance pour élaborer des produits inédits ou améliorer des produits existants. Il peut s’agir, notamment, de données climatiques non confidentielles qu’il est possible de capturer par satellite ou via l’IoT. Objectif final : mieux comprendre le risque, donner des prix plus justes aux clients et maintenir des marges convenables dans un contexte devenu très dur pour les assureurs grands risques.

Une question reste toutefois en suspens. Qu’est-ce qui différencie Descartes Underwriting des autres solutions d’assurance paramétrique ? « Notre capacité à utiliser des données uniques sur des risques uniques », affirme Tanguy. Il développe : « Aujourd’hui, l’assurance paramétrique est souvent cantonnée à deux grands types de risques : tremblement de terre et cyclone. Nous allons bien au-delà, avec une volonté de couvrir tous les risques possibles et imaginables liés au climat : grêle, inondations, transport maritime, neige, vagues de chaleur, etc. »

Le prédictif devient donc la clé pour améliorer l’assurance et, par ricochet, le quotidien des individus. DU travaille d’ailleurs en parallèle sur des sujets en rapport avec la qualité de l’air, la luminosité et le bruit. Et qui dit prédictif dit forcément data. Pour Tanguy Touffut, les années à venir vont ainsi être marquées par une redécouverte du pouvoir de la donnée. Le Big Data va se muer en véritable « game changer » pour l’assurance (Format audio – 29′)

 

 

L’assurance en première ligne face au changement climatique

 

assurance-changement-climatique

 

Une nouvelle décennie vient de s’ouvrir et de nombreux signaux laissent penser que le thème du climat y sera central. « Après la transformation numérique viendra la transition écologique« , nous déclarait récemment Alex Jubien. Face à ce sujet brûlant, l’assurance figure au premier rang des secteurs disposant d’une capacité d’action. Tanguy Touffut, forcément sensible à ces enjeux, a déjà noté une évolution sensible.

« En 2015, Henri De Castries, grâce à son sens de la communication, a réveillé des acteurs qui étaient un peu endormis. Cela a fait beaucoup de bien, rappelle-t-il. Entre les discours que l’on pouvait tenir il y a 7-8 ans et ceux d’aujourd’hui, il y a eu des avancées colossales. »

Un bon point, certes, mais tout reste encore à faire. En effet, le premier enjeu face au dérèglement climatique demeure « la compréhension ». Et sur ce point, « même nos plus grands experts sont encore en train de tâtonner », précise Tanguy. Comment l’assurance peut-elle agir dans ce contexte ? En actionnant le levier financier, notamment, et en accélérant la réflexion sur le principal défi qui l’attend : la protection des populations (Format audio – 55′)

 

 

D’un point de vue technique, le paramétrique est un autre atout qui trouve évidemment sa place dans la chaîne de réponses à construire. Après un peu plus d’un an d’activité, l’aventure Descartes Underwriting est déjà un beau succès. Ce n’est toutefois que le début avec la perspective d’un déploiement à l’international via des hubs en Amérique et en Asie. Visionnaire et inspirant, à l’image du grand esprit qui a inspiré le nom de son entreprise, Tanguy Touffut se donne les moyens d’assouvir une élégante et généreuse ambition : utiliser le pouvoir du prédictif pour aider le monde et les hommes.

 

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !