21 octobre 2019
4minutes

Luko place la barre haut ! - Rencontre exclusive avec Raphaël Vullierme

Vidéo de 2’18’ au format vertical sous-titrée – Double clic pour plein écran

 

 

Il paraît que la chance sourit aux audacieux, si l’on en croit le dicton. De l’audace, et de l’ambition, Raphaël Vullierme n’en manque pas. A même pas 30 ans, ce – déjà – serial entrepreneur nourrit de très grands desseins pour Luko, la néoassurance qu’il a fondée en compagnie de Benoît Bourdel. Leur objectif ? Imposer leur solution comme la référence absolue de la protection du foyer en Europe, voire au-delà. Présentation.

 

Quand la lenteur des assureurs devient une opportunité

 

Luko-assurance-habitation-digitale

 

Pour bien comprendre le projet Luko, il faut revenir à sa genèse. Quand, fin 2016, Raphaël Vullierme et Benoît Bourdel décident de lancer leur startup, il n’est alors pas question d’assurance. En effet, leur idée initiale consiste à utiliser les technologies intelligentes afin de créer des solutions pour mieux protéger les habitations.

Leur premier produit, le « Luko Home Guardian », était ainsi un capteur relié au compteur électrique. Il surveillait la consommation de tous les appareils en temps réel et pouvait ainsi alerter l’occupant des lieux en cas de problème (comme des plaques électriques ou un fer à repasser qui seraient restés allumés). Un véritable ange gardien pour votre intérieur, en somme !

Naturellement, les assureurs sont rapidement apparus comme des partenaires naturels pour les deux jeunes entrepreneurs. Après un an de travail ponctué de nombreux pilotes, ils ont toutefois dû se résoudre au constat suivant : leurs acolytes étaient incapables de suivre le rythme. Ils ont dès lors décidé d’envisager l’assurance comme la pierre angulaire d’un projet encore plus ambitieux autour du foyer tirant la quintessence des nouvelles technologies – à l’instar des images satellites par exemple. Raphaël nous dévoile le plan de bataille (Format audio – 53′)

 

 

Lemonade ? Une inspiration… et un futur concurrent !

 

Lemonade-assurance-Europe

 

On l’a donc compris : à la manière d’Alan, qui vise à révolutionner l’approche globale de la santé, Luko s’inscrit également dans cette mouvance « end-to-end ». « L’avenir appartient aux écosystèmes, j’en suis convaincu, appuie Raphaël Vullierme. Et on a décidé de travailler sur la niche immobilier, pour aller en profondeur, car on ne peut pas tout faire. » Une niche au potentiel gigantesque néanmoins, qui représente 10 milliards € en France et quelques 90 milliards € en Europe !

Luko, qui revendique 10 000 abonnés et une croissance de 50 % par mois, place la barre très haut. Objectif : sécuriser au plus vite le marché en France en devenant un « réflexe évident » dès que l’on parle d’assurance habitation, avant de se déployer au-delà des frontières. « D’ici 3-4 ans, nous souhaitons devenir le leader européen de la protection des foyers », enchaîne Raphaël.

Un parallèle vient immédiatement à l’esprit avec un autre acteur de l’assurance 2.0 : Lemonade. Raphaël évoque cette filiation spirituelle avec l’assurtech américaine, à la fois source d’inspiration et futur concurrent, celle-ci ayant également des visées sur le Vieux Continent (format audio – 1’05’)

 

 

L’artillerie lourde pour séduire le client

 

Luko-assurance-habitation-digitale

 

Assureur = voleur ? Un client volatile prêt à tout pour quitter son vieil assureur poussiéreux et rejoindre un acteur de la nouvelle génération ? Gare aux idées reçues ! En effet, 78 % des Français déclarent avoir confiance en leur assureur et seulement 11 % envisagent de résilier leur(s) contrat(s) dans les 6 prochains mois selon une étude Deloitte parue en octobre 2019.

De nombreux acteurs nouveaux débarquent actuellement sur le marché de l’assurance – Lovys, Leocare, Lily facilite la vie, Youse, etc. -, et il leur est nécessaire de sortir l’artillerie lourde pour espérer débaucher les clients des historiques. L’équipe de Luko a bien saisi ces enjeux et accorde un soin tout particulier à son image. Ainsi, la jeune pousse est récemment devenue le premier assureur européen à bénéficier de la certification B Corp, tout en construisant un business model reposant sur le « Giveback ». Raphaël Vullierme nous détaille cette formule qui vise à renforcer l’engagement sociétal de l’entreprise tout en responsabilisant l’assuré (Format audio – 58′)

 

 

L’opération séduction ne s’arrête pas là. La néoassurance propose en effet des services additionnels comme la garde du double des clés, possède un service client par chat ultra disponible et réactif, et a récemment investi les couloirs du métro parisien pour booster sa communication. Luko, pensé par des gens ne venant pas du milieu – seuls 2 employés sur 29 sont issus du secteur ! -, se donne en tout cas les moyens de ses ambitions : casser les codes en dessinant, sous nos yeux, les contours de l’assurance de demain.

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !