Capsule assurance
05 décembre 2019
6minutes

Rovère, et contre tous ! - Rencontre exclusive avec Guillaume Rovère

Vidéo verticale sous-titrée – Clic sur les flèches ou le carré pour plein écran – Video de 2’20”

 

 

 

Il se définit lui-même comme un « atypique », un « poil à gratter » voire un « chien fou ». Une chose est certaine : une rencontre avec Guillaume Rovère est un moment savoureux qui ne laisse pas indifférent. Morceaux choisis d’un échange en compagnie d’une personnalité à la plume corrosive, au sens de la formule épatant et dont l’expertise devient notre pierre de Rosette pour décrypter les enjeux d’un monde de l’assurance en pleine effervescence.

 

Mais qui est donc Guillaume Rovère, lui qui déclare avec aplomb « The riches are in the niches. Le courtier de demain sera un expert… ou ne sera pas ! » ?

 

assurance-niche-spécialisation

 

Du Minitel à la 5G, un pont s’étire entre deux mondes qui semblent aujourd’hui complètement déconnectés, voire décorrélés. On ne le croirait pas, s’il ne nous le confirmait avec ce dynamisme dans l’intonation qui caractérise un jeune premier, mais Guillaume Rovère a connu ces différentes époques. Formé à l’école AXA au début des années 1990, il travaille dans différents services et parfait son expérience de la distribution intermédiée. Par la suite, il se spécialise dans le courtage et la transaction de portefeuilles.

L’aboutissement de ce parcours survient en 2012 avec la création d’Assurdeal. Cette plateforme propose d’accompagner les courtiers dans l’achat, la vente et l’optimisation de leur portefeuille. Référence dans l’Hexagone, Assurdeal revendique aujourd’hui une clientèle composée de 5 000 courtiers et 700 agents, affichant tous les signes d’une activité innovante et prospère.

Une question épineuse demeure toutefois en toile de fond. De nombreux acteurs – comme Lovys, Luko ou Leocare – investissent en effet la sphère de l’assurance avec, peu ou prou, la même promesse : une expérience fluide, rapide et surtout 100% digitale. Dans ce contexte, les agents et professionnels du courtage peuvent-ils espérer résister ?

Pour Guillaume, la réponse est oui et repose sur la spécialisation. Face aux assurtech – et peut-être bientôt aux GAFA –, le courtier de proximité ne pourra pas lutter s’il reste généraliste. Il doit ainsi devenir expert, se concentrer sur des niches et intégrer des réseaux. Afin de démontrer l’efficacité de cette démarche, Guillaume Rovère et ses équipes ont lancé le projet Snowball début 2019. Cette filiale d’Assurdeal se présente comme un démonstrateur et dessine tout simplement les contours du courtage de demain (Fichier audio – 1’20)

 

 

Mettre le client au centre ? Ce n’est pas suffisant !

 

GAFA-assurance-data

 

L’avènement du digital a entraîné une complète transformation des usages de l’être humain. Comme si la technologie avait ouvert un nouvel espace de liberté à des utilisateurs qui s’y sont engouffrés pour remettre l’exigence au cœur de leur relation avec les marques. Aujourd’hui, la fameuse « expérience client », érigée au rang de priorité absolue, brûle les lèvres de tous les spécialistes du marketing.

Le secteur de l’assurance n’échappe pas à la règle. Actuellement, la grande tendance consiste à repenser la place du client dans les stratégies, en le positionnant au centre. Selon Guillaume Rovère, il s’agit ici seulement d’un premier pas, qui est néanmoins bien loin d’être suffisant. Il s’explique sur la nécessité pour les assureurs d’aller plus loin dans la réflexion et l’exécution digitales (Format audio – 41′)

 

 

L’assurance est aujourd’hui à la croisée des chemins. Le recours à l’or noir des données représente une solution idoine pour concevoir des offres et services sur mesure capables de répondre aux nouvelles attentes des clients. Et qui dit data, dit forcément GAFA. D’ailleurs, les géants – et notamment Amazon -, passés maîtres dans la récolte et l’usage de la donnée, lorgnent déjà les domaines de la santé et de l’assurance. Pour Guillaume, les assureurs français doivent rapidement prendre conscience du danger et préparer la réponse. Il cite notamment la MAIF, qui se pose en fer de lance de la réplique avec Pascal Demurger, comme un bon exemple à suivre en la matière (Format audio – 58′)

 

 

Le digital, meilleur allié des assureurs

 

Assurance-Digital-Opportunités

 

De nombreuses questions et incertitudes entourent la période actuelle. Pour autant, les assureurs, que l’on dépeint volontiers comme conservateurs dans l’âme, ne doivent pas prendre peur. Au contraire, l’heure est aux opportunités. Ainsi que le précise Guillaume Rovère, « le digital ne sera le fossoyeur de rien, ni de personne ». Il doit être évalué pour ce qu’il est réellement : un outil capable de renforcer la proximité avec les utilisateurs. Parce que non, souscrire un contrat d’assurance en trois clics comme on commande son déjeuner n’est pas forcément une bonne chose. Ici, le rôle de l’humain et l’expertise du professionnel demeurent donc essentielles car « il faut partir du principe que le client ne sait pas ce qu’il lui faut ».

Le digital représente également un levier formidable pour l’innovation. Parmi les nombreuses initiatives lancées dernièrement, Guillaume retient notamment Alan. « Ce sont des technologues qui ont créé une compagnie d’assurance. C’est génial ! », s’enthousiasme-t-il. Par contre, il n’hésite pas à brocarder sévèrement les acteurs traditionnels français. Selon lui, ils sont en grande partie responsables des difficultés rencontrées par de nombreuses assurtech pour émerger (Format audio – 1’18)

 

 

Intarissable sur les questions liées au futur du secteur, Guillaume a également évoqué avec nous :

 

Nous avons finalement dû prendre congé à regret de la tornade Guillaume Rovère. Il a rejoint ce courant cosmopolite qui lui est cher et l’amènera, ici et ailleurs, à façonner une nouvelle aventure où assurance, sens et digital seront à n’en pas douter les maîtres mots.

 

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !