05 mars 2020
5minutes

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? – Rencontre exclusive avec Eric Mignot de +Simple

 

 

 

 

Vidéo verticale sous-titrée – Clic sur les flèches ou le carré pour plein écran – Vidéo de 2’20”

 

Réconcilier l’assurance et la simplicité. En voilà un sacré défi ! C’est pourtant l’ambition de +Simple, une startup qui s’est déjà fait un joli nom dans le paysage français. Eric Mignot, son charismatique cofondateur et président, nous a fait le plaisir de venir nous rencontrer pour échanger autour de son projet. Avec en toile de fond, une grande question : faire plus simple, est-ce plus compliqué ?

 

L’assurance, complexe par tradition

 

assurance-jargon

 

Paperasse, charabia, exclusions… Fin 2019, une étude QBE faisait ressortir ce chiffre : 72% des consommateurs considèrent toujours que leur assureur utilise un jargon incompréhensible. Le cliché mettant en scène un individu s’arrachant les cheveux devant son contrat d’assurance n’est peut-être pas si éloigné de la vérité. Par tradition, ou presque, l’assurance cultive un rapport quasi filial à la complexité.

Après 10 ans en Amérique latine et une expérience chez Boursorama, Eric Mignot arrive dans l’assurance, comme beaucoup, par hasard. Chez Hiscox, il se prend de passion pour ce métier, mais identifie rapidement des problèmes majeurs. Entre un manque d’attention criant porté au client dans la conception des offres et des produits trop souvent nébuleux, le chantier est immense. Un constat largement partagé par les spécialistes, dont Joël Bassani et Guillaume Rovère.

Durant 5 ans, il s’imprègne du métier et se forge une conviction. Le digital sera la clé pour proposer une nouvelle approche, totalement centrée sur le client et avec un mot d’ordre : la simplification à l’extrême. Eric rappelle justement que cette ambition demande une « discipline d’enfer » au quotidien (Format audio – 46′).

 

 

La réponse de +Simple : le digital et l’IA au service d’une expérience optimisée

 

IA-assurance

 

En 2015, Eric Mignot et ses associés, Salah Hamida et Anthony Jouannau, décident de lancer l’aventure +Simple. Le projet des trois compères repose sur un robot-courtier 100% digital capable de concevoir des offres sur mesure pour les petites entreprises et les indépendants. Eric nous révèle le secret de fabrique d’une solution totalement novatrice sur le marché (Format audio – 59′).

 

 

Dans les faits, +Simple, comment ça marche ? Afin de se faire une idée, rien ne vaut une simulation en ligne. Je cherche une complémentaire santé d’entreprise. Le robot identifie instantanément mon numéro SIRET. Un formulaire composé de six questions très claires est à remplir. L’IA entre alors en action et me propose trois formules d’assurance complètement adaptées à mes besoins. La fin de la souscription se fait au travers d’un parcours extrêmement fluide. Bluffant !

 

Par ailleurs, le robot est dopé au machine learning. Depuis ses débuts, il a ainsi bien évolué. +Simple couvre aujourd’hui plus de 500 métiers (du chauffeur VTC au journaliste en passant par le boulanger) avec un panel d’offres qui s’épaissit graduellement (responsabilité civile, locaux, véhicules, santé et prévoyance, etc.) A l’heure où l’expérience client est clairement le nerf de la guerre dans l’assurance, la technologie prouve ici toute son efficacité. +Simple s’inscrit ainsi dans la lignée des assurtech comme Lovys, Leocare ou Luko qui misent sur une stratégie « digital first ».

 

Joue-la comme Amazon : l’obsession client comme philosophie

 

amazon-assurance-digtital

 

Convaincu par le digital dès la première heure, Eric Mignot n’en oublie pour autant pas l’humain. Bien au contraire, celui-ci est toujours en première ligne dans le discours d’un personnage aussi avenant que sagace. Lorsqu’on lui demande de caractériser +Simple par trois valeurs, la réponse fuse, sans surprise : service, humilité, empathie.

Animé par une véritable obsession client, il admire ce qu’Amazon a su imaginer en la matière. Son objectif ultime ? Concevoir un produit qui répond précisément au besoin de l’utilisateur… mais au besoin tel qu’il est exprimé par ce dernier ! Il se remémore un épisode de vie. Quelques années auparavant, il avait voulu acheter un ordinateur pour effectuer du traitement de texte. Le vendeur lui avait alors demandé ce dont il avait besoin : « Quel processeur ? Quelle mémoire ? Quels logiciels ? » Non, juste une machine adaptée pour faire du traitement de texte…

Ce décalage, particulièrement prégnant dans l’assurance, ne va pas pouvoir tenir longtemps. Selon Eric, le rééquilibrage va se produire rapidement. Les dirigeants, de leur côté, vont devoir prendre conscience du tournant qui s’opère en répondant à deux impératifs, à la fois marketing et technologique (Format audio – 52′).

 

 

Eric et son équipe de +Simple surfent eux, depuis longtemps, la vague digitale en prenant le parti du client. Et si le sceau de la vérité est bien dans la simplicité*, ils ont alors pris une sérieuse longueur d’avance dans un secteur actuellement confronté à une nécessaire remise en question.

 

* Selon l’expression latine Simplex Sigillum Veri

 

+Simple en chiffres

     31 000 clients

     500 métiers couverts

     45 000 polices

     12 millions € de fonds levés

     3 pays (France, Allemagne, Italie)

     15 partenariats

     750 Simplifieurs (des courtiers de proximité qui utilisent la solution via un portail online)

 

 

 

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !