10 février 2020
5minutes

En mode « full digital » ! - Rencontre exclusive avec Benoît Mérel de La Parisienne Assurances

Vidéo verticale sous-titrée – Clic sur les flèches ou le carré pour plein écran – Vidéo de 2’18”

 

 

C’est l’histoire d’un assureur qui a su se réinventer comme aucun autre. Fondée en 1829, La Parisienne, plus ancienne compagnie d’assurance française indépendante, se présente aujourd’hui comme… une « compagnie 100% digitale » ! Le pari peut sembler fou mais le succès est au rendez-vous. Nous avons donc invité Benoît Mérel, Chief Digital Officer de l’entreprise, à venir nous dévoiler les secrets d’une transformation aussi fascinante qu’intrigante.

 

La-Parisienne-Assurances-digital

La Parisienne ouvre les portes de l’assurance 100% digitale !

 

La Parisienne, un ovni dans l’assurance

 

LaParisienne-assurance-assurtech

 

La trajectoire de La Parisienne étonne dans un univers de l’assurance que l’on qualifie volontiers de « conservateur ». En creusant dans l’histoire de l’entreprise, une chose saute aux yeux. Depuis ses débuts, l’assureur a toujours cherché à prendre de la hauteur, anticiper, se positionner sur des niches, en un mot : innover. « C’est vital pour nous de trouver comment se différencier par rapport à nos concurrents, et ça fait partie de notre ADN », assène d’ailleurs Benoît Mérel.

La Parisienne, pionnière de la souscription en ligne, n’a pas échappé au tourbillon digital. Mais, plutôt que d’avancer à tâtons et la peur au ventre, comme beaucoup d’acteurs du secteur, elle a opté pour une démarche bien plus audacieuse en réinventant purement et simplement son business model. Les grands principes ? Un mode opératoire désormais « full digital », une équipe avec 2/3 de profils tech et une distribution de produits uniquement en marque blanche.

Benoît Mérel revient en détail sur ce virage entamé en 2015 (Format audio – 1’00’)

 

 

Automatisation et simplification : le digital au service d’une efficacité maximale

 

assurance-digital-La-Parisienne

 

Les nouveaux modes de consommation ont complètement redessiné les contours de la relation client. Dans l’assurance en particulier, les enjeux sont énormes. Selon Benoît Mérel, le client attend aujourd’hui transparence, personnalisation et proactivité. Et plus qu’une fin en soi, le digital est avant tout le moyen pour l’assureur de combler ces nouvelles attentes. A partir de ce constat, La Parisienne a élaboré une stratégie robuste autour de 4 piliers.

Benoît nous explique ce modèle original (Format audio – 34′)

 

 

La Parisienne embrasse ainsi toutes les opportunités offertes par le digital dans une vision à 360° et deux mots d’ordre : automatisation et simplification. En 2018, l’assureur a lancé sa propre infrastructure technologique avec iPaas – Insurance Product as a service. Les API sont apparues comme une évidence pour faciliter l’implémentation chez les distributeurs. Grâce au partenariat avec Sigfox, l’assureur peut récupérer sa propre donnée. C’est essentiel pour développer des produits paramétriques fiables. Enfin, le recours à une blockchain privée pose déjà les bases du futur.

Ambitieux sur le papier, le projet de La Parisienne est pour le moment couronné de succès. En effet, le résultat de l’assureur a été multiplié par 9 en 5 ans – avec un chiffre d’affaires en hausse de 40% et culminant à 311,7 millions € en 2018. Le bilan pour 2019 s’annonce également extrêmement positif et les perspectives sont prometteuses. Par ailleurs, l’entreprise vient d’intégrer le classement des 500 champions de la croissance établie par Les Echos et Statista. Elle se classe en 3e position du Top 25 des meilleurs CA.

 

Terre-à-terre et visionnaire : dessiner l’assurance d’aujourd’hui et celle de demain

 

La-Parisienne-assurance-futur

 

La Parisienne délivre une image, celle d’un acteur ayant l’innovation dans la peau et cultivant une volonté d’avoir toujours une longueur d’avance. Pour essayer de deviner ses prochains mouvements, il faut peut-être décrypter le discours d’Olivier Jaillon. Lors de la dernière Insurtech Business Week, le CEO déclarait : « J’ai l’impression que c’est encore la préhistoire, qu’on est à l’an 0 de la transformation. La plateformisation, on en est encore loin. »

Plateformisation et écosystèmes sont au cœur des discours actuels. La stratégie de La Parisienne ne laisse pas de place au doute et l’on entrevoit déjà l’assureur se projeter dans ce fonctionnement. Une impression confirmée par Benoît Mérel : « On conçoit vraiment le métier de l’assurance comme de l’assemblage entre différents acteurs – distributeurs plus proches du client, des réassureurs, des gestionnaires : on croit beaucoup à cette solution pour proposer au client final une expérience plus adaptée à ses besoins et à ses envies. »

La Parisienne est ainsi en train de construire, d’ores et déjà, l’assurance de demain. Les enjeux d’aujourd’hui, ceux d’un monde en perpétuelle évolution, ne sont toutefois pas oubliés. Benoît Mérel conclut en mettant encore une fois en lumière cette dualité qui fait le charme et le succès d’un assureur définitivement pas comme les autres (Format audio – 1’10).

 

 

Retrouvez nos derniers contenus de référence sur l’assurance :

Brexit et assurance : analyse, conséquences, impact

Être assuré en 2030 : et si ce n’était plus possible / En bonus : 60 articles sur le thème assurance / climat

Le réseau des agences assurance et mutuelle : quel avenir ?

L’agenda 2020 de l’assurance. Ne manquez plus aucun événement du secteur !

 

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !