29 juillet 2019
4minutes

À la croisée des chemins - Rencontre exclusive avec Alexandre Jubien, maître en innovation digitale

Vidéo de 2’19 » au format vertical sous-titrée – Double clic pour plein écran

 

Alexandre Jubien, maître en innovation digitale

Son nom est une référence absolue dans le paysage du digital. Au départ, Architecte de la stratégie mobile chez Deezer au lancement de cette grande aventure. Alexandre Jubien s’est depuis émancipé pour entamer une carrière en solo. Évangéliste, consultant, conférencier, ce touche-à-tout plein d’énergie distille aujourd’hui ses précieux conseils en tant qu’indépendant. Niortais d’adoption, il s’est logiquement rapproché du monde de l’assurance et nous a livré son regard sur un secteur en pleine ébullition au cours d’un entretien particulièrement riche en enseignements.

 

De Deezer à Astorya, un grand écart, vraiment ?

 

 

Installé depuis quelques années dans les Deux-Sèvres, terre d’assurance, Alexandre Jubien multiplie les interventions auprès des acteurs de l’assurance-mutuelle. Conduite du hackhaton de IMA (Inter Mutuelles Assistance), coaching de managers chez Macif, accompagnement d’intrapreneurs au Lab Covéa, animation de conférences chez Mutuelle de Poitiers... ses champs d’action sont divers et variés. La musique en streaming et l’assurance, rien à voir ? Pas si sûr… En effet, son expertise sur l’innovation se révèle très précieuse pour un secteur en demande.

Quelle est dès lors sa plus-value par rapport à d’autres intervenants issus du cru comme Joël Bassani ? Avoir conservé un certain recul qui lui permet d’apporter un regard différent sur les problématiques auxquelles sont confrontés les spécialistes du milieu. « Si je deviens un assureur, c’est foutu, je ne peux plus conseiller mes clients, assène-t-il avec un sourire. J’ai besoin de ce regard extérieur, un peu critique, qui m’est extrêmement utile. Pour le moment, je garde une naïveté par rapport à l’assurance. Et c’est volontaire ! »

Ce cheminement lui a également valu d’intégrer le board d’Astorya à la suite d’une rencontre avec Florian Graillot. L’ancien de Deezer et Viadeo apporte ainsi de fines recommandations sur ses domaines de prédilection, le mobile et les méthodologies des startups, au fonds d’investissement. Il détaille l’ambition d’Astorya, qui vise à faire de la relation acteurs établis – assurtech un véritable moteur de transformation (Format audio – 47′)

 

 

 

Les assureurs à côté de la plaque ?

 

 

Emportée, comme d’autres secteurs, dans le tourbillon digital, l’assurance se trouve à la croisée des chemins. Les vieux modèles sont aujourd’hui clairement remis en question. Concevoir un produit et l’enrober d’une stratégie de marketing classique pour espérer le vendre, ça ne suffit plus ! Ce changement de paradigme est bien illustré par les nouveaux géants digitaux. Leur stratégie ? Partir du client et trouver un business model pour extraire cette valeur. « C’est là où ça devient culturel. Car il faut plus que des savoir-faire digitaux pour se mettre au diapason de ces disrupteurs« , précise Alexandre Jubien.

Selon lui, s’ils veulent prendre le bon virage, les assureurs doivent impérativement changer de focale. Il leur faut repenser leur manière de concevoir les offres en se posant les bonnes questions. À savoir, passer de la logique « aider le client à ne pas rater sa vie » à celle de « aider le client à réussir sa vie ».

Comment faire pour opérer cette transition ? En misant notamment sur les moments de vie (mariage, achat immobilier, etc.) afin de saisir des événements positifs et transformer une relation assureur – assuré jusqu’à présent essentiellement entrevue via un prisme négatif (paiement d’une franchise, déclaration d’un sinistre, etc.) Le projet de Magaly Siméon, « Lily facilite la vie », est ainsi une initiative qu’il cite en exemple à suivre.

Basculer vers le serviciel : ici réside l’un des grands enjeux de l’innovation un avis partagé par Joao Cardoso de Lovys. Les méthodologies des startups, capables de mieux identifier les besoins clients, représentent de bonnes pratiques à retenir et à adopter par les grands groupes. Que ce soit sur les questions des offres (pas assez centrées sur l’utilisateur), de l’avenir des agences (évalué dans une perspective entreprise et non client) ou de la prospective (la voiture autonome, ok, mais c’est pour quand ?), Alexandre estime que beaucoup d’assureurs sont actuellement à côté de la plaque et doivent rapidement revoir leur copie (Format audio – 52″)

 

 

Quand transformation numérique rime avec transition écologique

 

 

Animé par une sincère fibre « verte », Alexandre Jubien juge que transformation numérique et transition écologique sont étroitement liées. L’assurance est, par essence, directement concernée. En 2015, Henri de Castries, PDG d’AXA, avait cette sortie qui a marqué les esprits : « un monde plus chaud de 4 degrés sera impossible à assurer ». S’intéresser plus en profondeur aux problématiques environnementales devient, dès lors, un enjeu brûlant pour le secteur.

Pour Alexandre Jubien, si les assureurs prennent de manière générale le sujet encore « trop à la légère« , des signaux encourageants existent. Ainsi, un positionnement comme celui de la MAIF l’interpelle. Loin d’être un simple coup de com’, il indique plutôt une nouvelle voie à suivre. Celle où la responsabilité sociétale deviendra partie intégrante du positionnement stratégique de l’entreprise et sera un levier dans la mise en oeuvre d’un cercle vertueux (Format audio – 52′)

 

 

Nouveau call-to-action

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !