Eficiens x Astorya : L'assurance en effervescence, le baromètre ! - Edition juin 2022

Alexandre Pengloan
Rédigé par Alexandre Pengloan
08 juin 2022 - 5 minutes

Tout va actuellement extrêmement très vite dans le microcosme de l’assurance, et le rythme s’accélère encore en cette première partie d’année ! Afin de suivre au plus près cette révolution, nous avons fait appel à l’œil de Florian Graillot et des experts d’Astorya. Nous sommes ainsi heureux de vous présenter la 8e édition de notre rendez-vous mensuel : « L’assurance en effervescence, le baromètre ! »

L’œil du VC Florian Graillot

Les insurtechs, un échec programmé ? Gare aux mauvaises interprétations. Le marché ne fait que réajuster la valorisation de certaines entreprises qui ont encore de la valeur et beaucoup à offrir. Le train de l’innovation est loin d’être à l’arrêt !

« C’était inévitable ! », « Je vous l’avais dit ! », « Tout sauf une surprise ! »… Ces dernières semaines, de nombreuses voix ont semblé se réjouir des difficultés rencontrées par certaines insurtechs. Aux Etats-Unis, la tension est en effet palpable. En Bourse, la chute des pépites n’en finit plus. Et après Root en début d’année, ce sont Lemonade et Policygenius qui ont activé l’option licenciement. De quoi en conclure un échec cuisant ? Pas si sûr !

En effet, il convient aujourd’hui de prendre de la hauteur sur la situation. Dans un contexte tendu, il n’y a rien d’étonnant à voir le marché corriger certaines valorisations. L’anormal, c’était l’an dernier, lorsque les billets verts semblaient littéralement tomber du ciel ! Beaucoup d’entreprises ont alors vu leur valorisation exploser dans l’euphorie ambiante. La correction est forte pour ces startups qui optent logiquement pour une stratégie plus prudente. Mais il s’agit simplement d’un retour sur terre.

Gardons-nous donc bien de conclure que l’insurtech va péricliter. Le train de l’innovation poursuit sa route, sur une allure sans doute plus saine. La preuve ? En Europe, les insurtechs ont levé moins de fonds que l’an dernier (613M€ fin mai, – 19% yoy) mais l’on dénombre davantage de deals (50 vs 38 sur la même période). De même, la répartition géographique est plus variée (voir les levées de la Suédoise Lassie, de l’Italienne Insoore ou l’émergence de l’écosystème espagnol).

La France confirme également son rôle moteur dans cette dynamique. Alan et Dalma sont même parvenues à réaliser des opérations significatives récemment, malgré le contexte. En parallèle, Akur8 s’exporte aux quatre coins du globe pendant que Garantme cherche à embaucher 50 nouveaux talents. Rien n’est fini, loin de là, pour l’innovation dans l’assurance… et c’est même tout le contraire !

La startup du mois : Enzo

Et un nouveau venu sur le marché de l’assurance habitation, un ! En Allemagne, la jeune startup Enzo se lance sur la MRH avec une offre 100% digitale et plutôt bien pensée au premier regard. Facilité de souscription, modélisation 3D de votre lieu d’habitation, tarifs compétitifs… les ingrédients d’une bonne recette sont présents.

Toutefois, se pose une question : comment se démarquer aujourd’hui sur cette niche ? Comment se projeter dans un contexte où il y aura potentiellement moins d’argent ? Et n’est-il pas trop tard pour s’y attaquer, sachant que plusieurs concurrents ont déjà investi ce terrain de jeu (on pense ici à Friday ou Luko) ? Le pari d’Enzo est en tout cas ambitieux et nous suivrons avec attention cette nouvelle aventure.

Le « game changer » : BNP, un historique sur la voie de l’assureur augmenté

BNP Paribas a dévoilé en ce début d’année son plan stratégique 2022-2025. Un exercice classique et souvent convenu pour les gros acteurs de ce type… sauf que, cette fois, la réponse nous a interpellés ! En effet, le groupe bancaire, qui officie bien sûr aussi dans l’assurance via sa branche Cardif, a fait de la technologie l’un des trois piliers de sa roadmap. Il entend notamment doté ses collaborateurs des meilleurs outils grâce, notamment, à un recours massif à l’intelligence artificielle.

Concrètement, BNP Paribas entend s’appuyer sur un modèle hybride « make buy share » pour pousser l’innovation. Le groupe va donc lancer une sorte de lab en interne, tout en s’appuyant sur des savoir-faire existants en externe. Des « partenariats avec des startups de la fintech-insurtech à différentes étapes de leur développement » sont ainsi explicitement évoqués. Le ton est donc clairement donné, avec cette volonté actée de s’engager sur la voie de l’assureur augmenté !

Les principales levées du mois dernier en Europe

Après un mois d’avril plus tranquille, la sphère insurtech européenne a repris son rythme d’enfer en mai ! La France a de nouveau montré la voie, avec l’énorme levée d’Alan. Rien n’arrête la plus fameuse licorne de l’écosystème tricolore, dont la valorisation atteint désormais 2,7 milliards d’euros. Plus que jamais, Jean-Charles Samuelian et sa bande apparaissent déterminés à mener à bien leur projet de société !

Parmi les autres opérations significations, citons Urban Jungle de l’autre côté de la Manche. L’insurtech spécialisée dans l’assurance locataires / propriétaires a levé plus de 19 millions d’euros pour aller plus haut. Au Nord de l’Europe, Lassie a également tiré son épingle du jeu avec un deal de 11 millions d’euros. La startup suédoise se focalise sur les animaux de cie, qui ont particulièrement la cote en Scandinavie ! Enfin, Getlife poursuit son joli chemin avec une levée de 6 millions d’euros qui va lui permettre de poursuivre son déploiement européen.

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire