Assurance & Mutuelle
26 janvier 2020
11minutes

C'est quoi l'assurance paramétrique ? Définition et cas d'usage

 

En voici un terme en vogue ces derniers temps ! Avec l’avènement du Big Data, la paramétrique se développe dans de nombreux secteurs, dont celui de l’assurance. Toutefois, de nombreuses questions l’entourent encore. Comment ça marche exactement ? Quelles sont les différences par rapport à l’assurance classique ? Les avantages ? Les perspectives ? D’une définition complète aux cas d’usage, embarquez avec nous à la découverte de la mystérieuse assurance paramétrique.

 

 

L’assurance paramétrique, c’est quoi ? Une définition pour bien comprendre

L’assurance paramétrique ou assurance indicielle est un type d’assurance liée à un paramètre objectivable. Il peut s’agir d’un indice climatique (température, pluviométrie, taux d’humidité, etc.) mais aussi d’une durée (retard sur un vol) par exemple. Contrairement à une assurance classique, qui couvre les pertes réellement causées, l’assurance paramétrique est basée sur un montant forfaitaire et contractuel défini en amont. Dès le dépassement d’un certain seuil sur l’échelle indicielle, une indemnisation est déclenchée automatiquement.

 

Le digital a complètement bouleversé l’assurance, qui reposait sur un fonctionnement immuable des siècles durant. Les nouvelles technologies sont la porte vers un univers de possibles pour les professionnels. Grâce au mobile, à l’IoT, à l’IA ou à la data, ils ont désormais à disposition des outils pour donner vie à leurs ambitions. Objectif ? Améliorer les produits existants… mais aussi en imaginer de nouveaux. L’assurance paramétrique, façonnée grâce au pouvoir des données, s’inscrit complètement dans cette tendance.

En 2020, le paramétrique prend de l’ampleur. Et pourtant, associé à l’assurance, il demeure encore fort obscur. La preuve ? Aucune trace de l’expression dans le dictionnaire… Larousse, Robert, Académie française, les recherches se révèlent infructueuses. Sur Wikipedia, l’étalon de la popularité sur le web ? Rien en français à ce sujet, non plus ! Il existe pourtant une entrée relativement dense à ce sujet dans la langue de Shakespeare. Afin de remédier à ce manque, nous vous proposons donc notre définition de l’assurance paramétrique :

 

assurance-parametrique-le schema-explicatif

Source : Agis Group

 

Un peu d’histoire

 

Pour trouver trace des premières solutions d’assurance paramétrique, il faut remonter à la fin du siècle dernier. Des premières expérimentations ont notamment été menées en Asie du Sud-Est et en Afrique pour soutenir l’agriculture. En 1999, le Chicago Mercantile Exchange a quant à lui conçu des contrats spécifiques liés au climat. L’objectif de cette opération était d’offrir aux entreprises des instruments financiers permettant de réduire la volatilité de leur activité liée aux conditions climatiques.

Dans la première partie des années 2000, plusieurs assureurs majeurs se sont lancés dans ce créneau, AXA, Swiss Re et Munich Re notamment. Des programmes comme celui de la Banque Mondiale, « Mécanisme mondial pour l’assurance indicielle », ont également impulsé un élan. Il a toutefois fallu attendre une quinzaine d’années et la possibilité de se reposer sur des outils suffisamment sophistiqués et efficaces pour voir ces solutions prendre leur envol.

Aujourd’hui, les solutions se multiplient. AXA a par exemple développé une entité propre, AXA Climate, afin de travailler sur ces enjeux. Parallèlement, des entreprises plus jeunes comme les américaines Jumpstart et World Cover, les chinoises Ping An et Zhong An, ou la remarquable assurtech française Descartes Underwriting, sont à la pointe de l’innovation et contribuent à la démocratisation de ces solutions. En juillet 2020, c’était au tour de l’ambitieuse nouvelle compagnie d’assurance Seyna d’annoncer le lancement de deux produits particulièrement innovants.

 

 

La pandémie de Covid-19 et l’émergence des risques nouveaux (climat, cyber) confirme, s’il en était besoin, la pertinence du recours à l’assurance paramétrique. Instech London vient d’ailleurs d’éditer un état des lieux dense assorti d’un panorama des acteurs à suivre en 2021.

 

Assurance paramétrique panorama

 

 

Assurance paramétrique : quels avantages et quelles limites ?

 

Efficacité, rapidité, transparence : les 3 atouts maîtres

 

Cette nouvelle manière de penser l’assurance suscite un intérêt grandissant chez les professionnels du secteur. En effet, l’assurance paramétrique possède de nombreux avantages :

 

  • Efficacité : grâce aux nouvelles technologies entourant les données (de la récolte au traitement), il est dorénavant possible de créer des produits qui permettent une modélisation extrêmement fine du risque – et plus efficace que celle de l’actuariat traditionnel. Les assureurs peuvent en outre élaborer des offres sur-mesure. Ils créent, si besoin, des produits inédits pour répondre à des demandes particulières. Sont notamment concernés les risques émergents caractérisés par de forts gaps d’assurance. Au final, les prix sont plus justes pour l’assuré.

 

  • Rapidité : avec le mécanisme « trigger », l’indemnisation est déclenchée automatiquement. Le grand avantage ? Il n’y a désormais plus besoin de dépêcher un expert sur place afin qu’il constate les dégâts et établisse un rapport. Les coûts sont de facto réduits pour l’assureur. Surtout, l’assuré bénéficie d’une indemnisation rapide, et c’est là l’un des enjeux majeurs de l’assurance moderne. Par exemple, en cas de catastrophe naturelle, la réactivité de l’assureur est vitale pour aider les populations démunies ou des petites entreprises. Le paramétrique prouve ici toute son efficacité.

 

  • Transparence : data, smart contracts et blockchain concourent à améliorer un autre point clé dans l’assurance : la transparence et la confiance. L’assurance paramétrique, qui tire parti de ces nouvelles technologies, a ainsi tout pour séduire un assuré du 21e siècle de plus en plus exigeant. Elle s’impose dès lors comme un atout clé pour limiter la fraude, améliorer la satisfaction client et donc influer positivement sur l’image de marque.

 

Des produits encore perfectibles

 

L’assurance paramétrique se présente comme l’archétype du produit d’assurance moderne. En recourant au Big Data et aux technologies mobiles, elle permet une gestion globale du risque (souscription, gestion et indemnisation), rapide et transparente. Quelques limites à son utilisation persistent néanmoins :

 

  • Complexité : le lancement d’un produit d’assurance paramétrique n’est pas simple. La principale difficulté repose sur le risque de base, à savoir l’écart entre le risque modélisé et celui observé sur le terrain. Il est impératif de recourir aux bons indicateurs. Au cas contraire, un assuré peut rapidement être indemnisé sans avoir subi de véritable préjudice.

 

  • Sources de données : on l’a compris, la data est clé pour le paramétrique. Les données disponibles en « open data » sont de plus en plus nombreuses. Toutefois, certaines sources, notamment les données privées et sensibles, peuvent être bien plus difficiles d’accès. Par ailleurs, il faut parfois déployer des dispositifs complexes pour capter les données (réseaux de capteurs IoT, p. ex.). Enfin, il est nécessaire d’identifier des tiers de confiance qui garantissent aux deux parties – assureur et assuré – la fiabilité des données.

 

  • Risques non objectivables : la solution paramétrique ne peut pas s’appliquer à tous les risques. Par exemple, il est impossible de faire reposer la gravité d’un accident de la route ou l’évaluation du taux d’invalidité d’un individu sur un indice fixe. De même, certains événements imprévisibles comme les pandémies n’entrent pas dans un tel champ d’application. Assurance paramétrique et assurance coronavirus ne font pas bon ménage.

 

L’assurance paramétrique, c’est pour qui ? Focus sur plusieurs cas d’usage

 

assurance-paramétrique-panorama

Infographie réalisée par Joël Bassani de Jinnbee

 

Pour les activités météo-sensibles, un terrain de jeu évident

 

Paramétrique rime forcément avec climatique. Toutes les activités météo-sensibles sont donc concernées, et elles sont plus nombreuses qu’il n’y paraît. En effet, 80% des entreprises dans le monde entrent dans ce spectre. Par ailleurs, 90% des pertes économiques liées au climat ne sont pas couvertes par une assurance en 2019. Le marché est donc gigantesque, comme les besoins !

Voici une liste (non exhaustive) avec plusieurs exemples concrets :

 

  • énergies renouvelables : le vent qui s’arrête de souffler brusquement ou le soleil qui cesse d’offrir ses précieux rayons ? Un parc éolien ou une centrale photovoltaïque risquent d’être durement impactés. Le paramétrique s’impose ici comme la solution parfaite pour maintenir l’activité en cas d’aléa climatique.

 

  • transport : un transporteur maritime contraint de laisser ses embarcations au port à cause du mauvais temps ? Grâce à un produit basé sur la mesure en temps réel de la hauteur des vagues, il peut être couvert efficacement et rapidement.

 

  • infrastructures : Un terrible orage de grêle détruit complètement des panneaux solaires ? Avec les solutions paramétriques innovantes, qui permettent notamment de mesurer précisément la taille des grêlons, plus besoin de dépêcher un expert et de monter un dossier. Le processus d’indemnisation est déclenché automatiquement.

 

  • tourisme / divertissement / retail : d’autres activités comme les parcs d’attractions, les circuits automobiles, les festivals ou la vente de vêtements peuvent être largement dépendantes de la météo. Une mauvaise saison peut dès lors se révéler dramatique. Être couvert par un produit d’assurance paramétrique prend, ici aussi, tout son sens. Seyna, par exemple, l’a bien compris en développant un produit qui rembourse automatiquement les motards privés d’une journée sur circuit en cas de précipitations trop abondantes.

 

Pour le voyage ou la santé, d’autres espaces à explorer

 

Les activités météo-sensibles ne sont pas les seuls pouvant bénéficier des avantages du paramétrique :

  • voyage : le produit « retard de vol » est un bon cas d’usage. Lors d’un voyage, si votre avion a, par exemple, deux heures de retard, l’assurance se déclenche automatiquement. Vous êtes alors indemnisé automatiquement, sans aucune action de votre part. La première offre de ce type a été élaborée en Chine en 2015. Depuis, plusieurs acteurs se sont lancés dans cette voie, notamment Moonshot, La Parisienne ou AXA (avec Fizzy, une offre qui vient d’être arrêtée fin 2019).

 

  • santé : MetLife a notamment développé un produit mêlant paramétrique et blockchain à destination du Singapour. En effet, dans ce pays, les individus doivent avancer leurs frais de santé avant de réclamer, ensuite, un remboursement auprès de l’assurance. Le paramétrique est ici une solution pour fluidifier le processus et aider les plus démunis.

 

Si elle n’en est encore qu’à ses débuts, l’assurance paramétrique touche un large spectre d’activités et suscite un intérêt grandissant. Selon le World Insurance Report 2019 de Capgemini, 35% des entrepreneurs et 16% des individuels se disent aujourd’hui hautement intéressés par ces solutions. Voilà donc un produit d’avenir, capable de mieux protéger les gens, d’aider à la prévention, à la lutte contre le changement climatique, qui devrait assurément faire parler de lui dans les années futures.

 

News et actus : quelles sont les best-practices en assurance paramétrique ? 

30/09/20 : La Lloyd’s dévoile un nouveau produit appelé Parametrix Insurance. Destiné aux PME, il leur offre une couverture bien pensée contre les interruptions de business.

15/09/20 : Le géant de la réassurance Munich Re et le spécialiste de l’agriculture digitale Farmers Edge nouent un partenariat pour développer des solutions paramétriques à l’adresse des agriculteurs américains.

10/09/20 : Descartes Underwriting lève 15,7 millions d’euros pour s’imposer dans l’assurance paramétrique. La startup française, fondée en 2018 annonce une levée de fonds de 15,7 millions d’euros auprès de Serena, Cathay Innovation et son investisseur historique BlackFin Capital Partners. Ce tour de table intervient moins de 18 mois après le premier tour de 2 millions d’euros. Ce nouveau financement servira enfin à Descartes Underwriting de recruter une trentaine de personnes en 2021. La startup compte lancer aussi un produit spécial Pandémie.

08/09/20 : Axa annonce un partenariat avec la société SatSure, spécialisée dans les données satellitaires. L’objectif est de proposer aux entreprises une solution globale de gestion des risques sur le climat, avec des offres de solutions sur-mesure proposées par Axa.

01/09/20 : En Australie, le spécialiste de l’assurance agricole CRU lance un nouvel indice d’assurance climatique paramétrique en partenariat avec Hillridge Technology

18/08/20 : Thimble, startup incorporée à l’accélérateur de la Lloyd’s, mise sur le paramétrique pour répondre aux problèmes assurantiels engendrés par la pandémie

14/08/20 : Le géant Swiss Re développe de plus en plus de solutions tech avec notamment du paramétrique au menu

09/06/20 : L’assurtech américaine Machine Cover dévoile le premier produit d’assurance paramétrique pour couvrir la pandémie 

 

 

 

D’autres articles de fond sur l’assurance ? Lisez-plutôt :

Assurance et Brexit. Le pire n’est pas (encore) là mais les impacts sont multiples

Assurance et réseaux d’agence. La mutation dans la distribution physique est forte

L’assurance en 2030. Et si le monde n’était plus assurable ?

Résiliation infra-annuelle assurance et mutuelle. Le guide complet.

La délégation d’assurance Tout comprendre

L’agenda 2020 de l’assurance en France. Ne ratez aucun salon dans l’assurance !

 

 

 

Vous avez aimé ? Notez-nous !