Demain où achèterez-vous votre assurance ? Retour sur le webinaire ACSEL

Nastasia Montel
Rédigé par Nastasia Montel
29 novembre 2021 - 3 minutes

Le digital révolutionne la distribution de l’assurance. Ce sont principalement les assurtechs qui représentent cette transformation, mais les acteurs traditionnels également doivent s’adapter aux nouvelles attentes. La néo-distribution d’assurance, thème du dernier webinaire de l’ACSEL, fait partie des défis principaux des acteurs du secteur et donne un aperçu de l’avenir de l’assurance.

« L’assurance est un marché qui a pris du retard au niveau de la digitalisation », admet Olivier Fliche, Directeur du pôle Fintech/Innovation à l’ACPR. Alors que les assurtechs misent sur le numérique pour attirer les clients et semblent ainsi être au point, les autres acteurs de l’assurance ont toujours un train de retard. Pour Ralph Ruimy, CEO d’Acheel, « être néoassureur c’est utiliser la technologie d’aujourd’hui, s’adapter au besoin des gens qui veulent tout, tout de suite, et que ce ne soit pas compliqué. »

L’Open Insurance, « un grand enjeu pour demain »

Le digital offre une révolution majeure dans le secteur : l’Open Insurance. Avec Wakam, Seyna ou encore Zhong An comme pionniers, elle représente un levier majeur d’innovation pour les assureurs. Pour Hélène Falchier, Associée Portage Ventures, « il y a une énorme opportunité à ce niveau, ce sera un grand enjeu pour demain ».

Pourtant, « on ne voit pas encore beaucoup de choses se développer dans l’Open Insurance », déplore Olivier Fliche. Ce qu’il manque, « c’est un flux de données quotidien, comme on peut le voir dans l’Open Banking. » Un travail de fond, et une acculturation, sont donc nécessaires pour embrasser les possibilités offertes.

Demain, je m’assure auprès d’un robot ?

Alors que certains acteurs de l’assurance en sont encore à l’étape de la digitalisation, d’autres prennent les devants. Assurance paramétrique, APIs ou encore assurance embarquée, les solutions innovantes se démocratisent, à l’image d’assurtechs comme Descartes ou l’insurtech de l’année 2021 Atekka.

« La technologie propose des opportunités extrêmement importantes, qui peuvent être mises en œuvre dans l’intérêt de nos clients », pointe Christophe Le Pape, Président du directoire de la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées. Alors que les processus de distribution n’intègrent encore que peu la technologie, certains voient plus loin. A l’ACPR, « on réfléchit déjà à la relation que demain les assurés vont avoir avec les machines et à ce mode de distribution », avance Olivier Fliche.

Le grand disrupteur de l’assurance : assurtechs ou… bancassureurs ?

Le digital challenge les acteurs de l’assurance. Alors que l’innovation est vue comme la clé pour acquérir – et satisfaire – les clients, en réalité « l’ensemble des insurtechs ne sont aujourd’hui pas présentes dans la concurrence des agences », selon Grégoire Dupont, Directeur Général d’Agéa. Le grand disrupteur de l’assurance c’est la bancassurance ». La technologie ne serait donc pas forcément gage de succès dans l’assurance. Ainsi, le conseil et la proximité avec le client seraient aujourd’hui à privilégier, plutôt que la quête à l’innovation.

Dans un marché de l’assurance à la distribution particulièrement fragmentée entre assureurs, courtiers, bancassurances et aujourd’hui assurtechs, tous cherchent à répondre aux attentes actuelles des clients. Certains acteurs du secteur misent tout sur l’innovation technologique, tandis que d’autres capitalisent sur leur expérience en matière d’expérience client.

L’assurance de demain se dessine à l’ère de la technologie, et les pépites avant-gardistes ont la cote. Pour autant, seront-elles de taille face à la bancassurance et son expertise client, apparemment irremplaçable ? Ou alors les GAFA et autres géants de la tech viendront-ils mettre tout le monde d’accord ? Le débat est ouvert et la bataille s’annonce sanglante autour de cet enjeu brûlant que représente la distribution !

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire