Alfa Romeo prend le virage du NFT

Alexandre Pengloan
Rédigé par Alexandre Pengloan
16 février 2022 - 2 minutes

C’est décidément l’acronyme à la mode en ce début d’année ! De qui parle-t-on ? Des NFT, évidemment ! Au-delà du buzz, des usages concrets commencent à voir le jour, dans tous les secteurs. C’est notamment le cas de l’automobile. La semaine dernière, Alfa Romeo a dévoilé, non sans fierté, que son nouveau SUV, le Tonale, serait adossé à un jeton non fongile.

Le constructeur italien s’enorgueillit d’être le premier acteur du secteur à proposer de connecter chaque véhicule à un NFT unique. Le propriétaire disposera ainsi d’un certificat d’authenticité à l’achat. Par la suite, toutes les données (kilométrage, maintenance, revente, etc.) seront écrites au fur et à mesure dans la blockchain associée. Le cycle de vie du véhicule bénéficiera donc d’un suivi sécurisé et transparent qui profitera à tous, du vendeur à l’acheteur, en passant par… l’assureur ! Rien de tel en effet que des données fiables pour appréhender au mieux le risque et lutter contre la fraude, notamment.

Les assureurs en pole position !

« Avec le consentement du client, les informations concernant le véhicule seront inscrites dans le NFT afin de générer un certificat qui garantira son état général et sa valeur résiduelle », précise Francesco Calcara, responsable marketing et communication chez Alfa Romeo.

Rappelons que la firme transalpine, dont le Tonale prendra officiellement la route dès 2023, apparient à Stellantis. On vous parlait récemment dans nos colonnes du « Passeport du véhicule connecté » auquel s’associe le grand groupe automobile. Plusieurs assureurs travaillent aussi sur le projet, dont le Groupe IMA, la Matmut, Covéa et Société Générale Assurances. Preuve que le secteur entrevoit déjà de belles opportunités autour d’un phénomène dont on découvre seulement les prémices aujourd’hui.

Aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier !

Laissez votre commentaire